Gilles Bélanger poursuit ses anciens associés d’Owl’s Head pour 2,8 millions $

Par Dany Jacques
Gilles Bélanger poursuit ses anciens associés d’Owl’s Head pour 2,8 millions $
Le litige implique le député sortant d'Orford à d'importants hommes d'affaires québécois. (Photo : gracieuseté)

JUSTICE. Le député sortant d’Orford, Gilles Bélanger, a intenté une poursuite de 2,8 M $ contre ses anciens partenaires du mont Owl’s Head.

Le candidat caquiste réclame cette somme à l’entreprise Destination Owl’s Head. Devant les tribunaux, il prétend que cette entreprise et ses compagnies actionnaires n’ont pas respecté des engagements pris lors d’une entente en juin 2018.

À cette époque, M. Bélanger avait quitté cette entreprise en raison d’une divergence d’opinions sur l’orientation à donner sur l’avenir de la montagne. Selon La Tribune du 29 septembre, ce sont des clauses d’une entente de sortie qui n’auraient pas été respectées, aux yeux de M. Bélanger, qui expliquent cette poursuite. Il tient à signaler que le litige n’est aucunement relié au développement actuel de la montagne.

M. Bélanger préfère ne pas commenter ce dossier judiciarisé. Il réfère tout simplement à ce qu’il a déjà dit sur la place publique, plus particulièrement en mai 2021 dans Le Reflet du Lac. Il disait avoir favorisé un «éco-resort intégré» et une «vision plus soucieuse de développement durable» alors qu’il était président directeur général de Destination Owl’s Head. Il ajoutait qu’il avait songé à protéger davantage de terrains, tout en mettant en valeur une autre section de la montagne.

M. Bélanger assure qu’il a quitté la direction de Destination Owl’s Head avant d’être candidat de la CAQ. Il dit également qu’il n’a plus aucun intérêt pécuniaire dans cette entreprise et qu’il n’a participé à aucun pourparler concernant Owl’s Head depuis qu’il est député.

Toujours selon La Tribune et des documents juridiques déposés à la Cour supérieure du Québec, la poursuite de 2,8 M$ vise les entreprises actionnaires comme le Groupe Owl’s Head, le Groupe sportif du Lac et Gestion Sweet Park. 

Le député sortant de la CAQ poursuit donc une entreprise de la région, ayant notamment à sa tête des hommes d’affaires québécois comme Michael Zakuta (Plaza Reit), Aldo et David Bensadoun (Groupe Aldo), Dave Girardin (Autobus Girardin) et Vincent Chiara (Groupe Mach et important promoteur immobilier de Montréal).

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
2 mois

Toute une surprise de la part du député Gilles Bélanger…! Que faut-il penser de cette poursuite? On avait d’abord cru le député caquiste d’Orford associé aux dégâts causés à la montagne Owl’s Head, à cause de sa proximité avec des collègues entrepreneurs qui avaient fait exploser des rochers de la montagne jusque dans le majestueux Memphrémagog, suscitant un scandale dans la région. Ce n’était certainement pas une bonne chose pour l’image du député Bélanger, en ces temps d’urgence climatique! Cette proximité du député avait été fortement critiquée dans la région. Le député caquiste sortant réussira-t-il à prouver son indépendance par rapport à ces ravages causés dans son environnement immédiat au mont Owl’s Head? Il doit absolument regagner la confiance de l’électorat du comté d’Orford, car il s’est tourné vers notre parc national du mont Orford qu’il veut agrandir par l’arrière, mais qu’arrivera-t-il de la montagne elle-même, si précieuse? Le mont Orford ne doit pas être la proie de développeurs peu soucieux de notre héritage. Cette proposition d’agrandissement est inquiétante, car notre bijou de parc national ne doit pas subir le même sort aux mains de promoteurs peu soucieux de développement durable de notre patrimoine et de notre environnement.