Projet commercial et résidentiel au cœur du Canton d’Orford

Par Dany Jacques
Projet commercial et résidentiel au cœur du Canton d’Orford
William Belval a ciblé un terrain de 7 acres à l’intersection des chemins Alfred-Desrochers et du Parc (route 141) pour ériger un projet commercial et résidentiel. (Photo : Le Reflet du Lac - Dany Jacques)

ÉCONOMIE. Sur la table à dessin depuis plusieurs années, le projet d’épicerie pourrait se concrétiser d’ici quelques mois au cœur du village de Cherry River, au Canton d’Orford.

Tel est le souhait du promoteur William Belval, qui vient de signer une offre d’achat avec Georges Marois pour une propriété de 7 acres située à l’intersection des chemins Alfred-Desrochers et du Parc (route 141).

Rien n’est encore confirmé, mais l’homme d’affaires y voit déjà une mini-épicerie, une pharmacie, un centre de la petite enfance, un café-boulangerie et une succursale de la Société des alcools du Québec.

Autre texte sur le CPE ici.

«Les besoins sont criants en raison d’un engouement pour le Canton d’Orford, constate M. Belval. Le nombre de permis de construction explose et les gens de la ville souhaitent de plus en plus y habiter à temps plein. On veut aussi attirer les nombreux randonneurs et les skieurs fréquentant le parc national du Mont-Orford.»

Il croit que le terrain ciblé est l’emplacement parfait pour une vocation commerciale et résidentielle. Il travaille actuellement sur un plan d’aménagement plaçant quelques bâtiments commerciaux près de la route et entre 40 et 50 unités de logements locatifs en retrait, au lieu des traditionnels condos.

Ces habitations seraient construites dans quelques bâtiments à proximité des résidences déjà en place à deux pas du Manoir des Sables. L’usage commercial est permis, mais il faudra des modifications aux règlements municipaux pour autoriser le volet résidentiel. «Nous sommes en pourparlers avec le conseil et ça augure bien», annonce-t-il.

William Belval prévoit une architecture qui s’intègre dans le noyau villageois. Comme épicerie, il pense imiter le concept des Marchés Tradition qu’on retrouve à Ayer’s Cliff et Eastman.

Le promoteur espère ouvrir le chantier dès l’automne prochain. Les premiers commerces pourraient ouvrir dès le printemps 2022. Il n’a pas dévoilé le montant total de cet investissement.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
5 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
trackback
Un premier Centre de la petite enfance pourrait voir le jour à Orford - Le Reflet du Lac
1 mois

[…] Des investisseurs convoitent le Canton d’Orford. […]

Sylvie
Sylvie
1 mois

Intéressant. Bravo pour le CPE. Mais, tant qu’à faire une « petite » épicerie, pourquoi ne pas faire une réelle épicerie ? Il y a beaucoup de petits commerces, de style petites épiceries, mais finalement il faut quand même se rendre à Magog ou à Sherbrooke parce qu’on ne trouve pas tout. Et aussi si on se base sur l’épicerie Marché Tradition d’Eastman, tout est plus cher, c’est petit ( même après leur agrandissement ) full de monde tassé. Plusieurs appellent ça une trappe à touristes. Et une autre SAQ à 6 km de celle de Magog, c’est vraiment nécessaire ? Bravo pour les logements locatifs, en autant que ça ne vire pas tous en AirB&B ? Question : Est-ce que le propriétaire de l’immeuble locatif aura la permission de garder un % de logement pour des Airb&b ? J’espère que non pour ceux qui habitent tout près.

Last edited 1 mois by Sylvie
Alain Vézina
Alain Vézina
1 mois
Répondre à  Sylvie

Pas besoin 3 grosses épiceries à 7 km comme la saq

Marie
Marie
1 mois

Trop contente! Depuis le temps que je souhaite que nous ayons une épicerie dans le village🙂

France Dumas
France Dumas
30 jours

D’accord d’avoir grosse épicerie, pour que les gens aillent pas à Magog. Quand nous allons pouvoir aller voter pour le projet résidentiel .