Tribune libre: pour le bien-être des généreux contribuables

Tribune libre: pour le bien-être des généreux contribuables

Il est possible de nous envoyer une lettre d'opinion à l'adresse suivante: djacques@lerefletdulac.com

Crédit photo : (Photo Depositphoto - Robyn Mackenzie)

Chères ($) fusions…

Depuis 45 ans, je demeure au même endroit, autrefois nommé Canton de Magog. Puis, en 2002, le gouvernement en place a tout fait pour favoriser un maximum de fusions à travers la province. Certaines localités perspicaces ne se sont pas laissées bernées par les belles promesses d’une meilleure qualité de vie, mais le Canton de Magog a malheureusement cédé sous les fortes pressions exercées.

Est-ce que cette fusion avec la Ville de Magog a apporté des changements à ma qualité de vie? Oui, depuis les 16 dernières années, mon compte de taxes municipales a plus que doublé sans pour autant constater une amélioration notable des services de base dans mon secteur. Au contraire, j’ai expérimenté un net recul dans certains domaines comme, entre autres, l’activité physique.

Avant 2002, la Ville de Magog exigeait des frais supplémentaires pour que les non-citoyens (comme moi et ma famille) puissent profiter de leurs installations sportives. Le Canton de Magog déboursait alors le surplus afin de rendre accessible à toutes les différentes activités non offertes sur son territoire.

On ne peut pas en dire autant en ce qui concerne la philosophie de la Ville de Magog à propos des activités disponibles seulement dans des villes voisines. Depuis de nombreuses années, nous avions l’opportunité de jouer au tennis intérieur dans un complexe sportif situé près de la plage municipale de Magog. Ce centre d’entraînement diversifié a, depuis presque deux ans, brusquement fermé ses portes à cause d’un litige (taxes impayées?) qui ne voit pas l’heure de se régler, laissant dans la déception et l’incertitude les centaines d’utilisateurs déjà membres.

Comme alternative temporaire, le Centre récréatif Rock Forest offre la possibilité de pratiquer le tennis intérieur, mais exige des frais additionnels (abusifs…?) de 50% aux non-citoyens de Sherbrooke. Notre demande à la Ville de Magog pour rembourser cette différence (50%) a été sèchement rejetée, en prétextant que cela créerait un précédent hasardeux.

S.V.P. dirigeants(tes) de la Ville de Magog, malgré les terribles risques encourus, essayez d’accorder au moins autant d’importance au bien-être de vos généreux contribuables qu’à l’apparence de la rue Principale et les attractions touristiques de tout genre.

Merci à l’avance!

 

André Laroche

Magog

Poster un Commentaire

avatar