TRIBUNE LIBRE: Église Unie St. Paul : la communauté comme catalyseur pour l’environnement

 Lucy Cummings
TRIBUNE LIBRE: Église Unie St. Paul : la communauté comme catalyseur pour l’environnement

Parce qu’une grande partie de la conversation nationale sur le climat ne met l’accent que sur les aspects négatifs de l’enjeu, nous oublions parfois que cette crise représente également l’occasion de créer un monde meilleur.

L’Église Unie St. Paul à Magog est une petite paroisse multigénérationnelle qui a l’innovation et la communauté à cœur. Elle constitue un exemple d’individus qui travaillent ensemble pour sauver la planète, tout en économisant et faisant office de catalyseur pour une économie verte et locale plus forte.

En 2018, on a prononcé un diagnostic à l’appareil de chauffage de l’Église (en l’occurrence, une centrale à vapeur et à gaz nommée « Betsy »), et on lui a donné environ un an pour vivre. Bien que Betsy ait admirablement bien fait son travail pendant de nombreuses années, son état de délabrement risquait d’entraîner la fermeture du sanctuaire.

Les alternatives étaient bien fâcheuses. L’utilisation de vapeur ou d’eau chaude pour chauffer l’Église n’était plus considérée comme une option viable, car les coûts de réparation et de remplacement avoisinaient les 100 000 dollars.

Donnant suite à la suggestion d’un entrepreneur local de confiance, l’Église St. Paul a découvert une entreprise québécoise, nommé Ecorad, qui restaure et transforme des radiateurs en fonte en unités électriques autonomes. Les avantages sont nombreux : les radiateurs en fonte représentent un excellent moyen pour le transfert de chaleur; la réutilisation des radiateurs les empêcherait de se retrouver dans un site d’enfouissement, et la conversion du gaz à l’électricité permettrait également de réduire l’empreinte carbone de l’Église.

Pour comble, l’Église St. Paul a découvert que le projet correspondait parfaitement au programme «Faithful Footprints» de l’Église Unie du Canada.  Le coût total du projet s’est finalement élevé à 37 200 dollars, avec une subvention de 24 800 dollars de «Faithful Footprints».

En fin de compte, le verdissement de la paroisse St. Paul incarne un travail d’équipe. Toute l’équipe verte a consacré son temps et son travail non seulement pour accomplir les tâches simples de gestion de l’énergie, mais aussi pour soutenir la conversion de l’appareil de chauffage.

Nous sommes fiers de soutenir une entreprise de technologie propre québécoise et nous savons que nous pouvons travailler avec elle pour nous assurer que le système de chauffage fonctionne bien.

Quel meilleur rôle pour nos communautés de foi que de constituer un modèle en matière de technologies vertes, de soutenir la création locale d’emplois verts et d’aider les autres à apprendre comment nous pouvons marcher plus doucement sur la planète ?

 Lucy Cummings

Traduction Anne-Marie Rivard 

Isabelle Osborne, membre de l’équipe verte, avec la Révérende Lee Ann Hogle.
Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires