Un resto végétalien s’amène au village du Canton d’Orford

Par superadmin
Un resto végétalien s’amène au village du Canton d’Orford
Francine Crassoski et Bruno Blouin disent merci à la vie en baptisant leur nouveau resto Le Gratitude Café.

Un restaurant végétalien baptisé Le Gratitude Café ouvrira bientôt ses portes dans le village du Canton d’Orford. Un endroit pas comme les autres où la santé et le bonheur de vivre se feront sentir au-delà des plats qui y seront servis.

L’ouverture d’un restaurant végétalien représente bien plus qu’un défi professionnel pour les propriétaires Bruno Blouin et Francine Crassoski. Le couple de trois enfants décrit cette aventure comme l’aboutissement d’un long processus de vie.

Il y a à peine quatre ans, ils ont décidé de tirer un trait sur leur quotidien de banlieusard en Montérégie, où ils opèrent encore aujourd’hui deux résidences d’hébergement pour des jeunes atteints d’une déficience intellectuelle. Une décision drastique, mais empreinte de sens disent-ils, qui s’est traduite par l’achat d’une fermette en pleine campagne d’Eastman.

«On avait des projets de retraite, comme tout le monde, mais on s’est remis en question, explique M. Blouin. Au lieu de penser dans dix ans, sans savoir ce qui se passera ni même si on sera encore là, on s’est dit pourquoi pas maintenant? On a fait le choix de vivre notre vie comme on a envie de le faire aujourd’hui, sans remettre à plus tard.»

Les deux entrepreneurs ont profité de ce nouveau départ pour changer leurs habitudes de consommation. La plus significative s’est opérée dans leur assiette puisqu’ils ont fait le choix d’exclure tous les produits provenant des animaux. Un choix personnel, plus près de leurs valeurs, qui n’a apporté que du positif à une exception près. «Du jour au lendemain, on ne pouvait plus aller au resto, car il n’y avait rien adapté pour les végétaliens, fait remarquer Mme Crassoski. On s’est donc dit pourquoi ne pas le créer si ça n’existe pas! C’est de là qu’est partie l’idée d’ouvrir le Gratitude Café»

Bruno et Francine assurent qu’ils ne sont pas là pour convertir qui que ce soit. Ils veulent simplement démystifier cette cuisine, encore méconnue, et prouver qu’un plat santé peut être à la fois savoureux et nourrissant. «On va servir de la bouffe de tous les jours comme des hamburgers et des crêpes, mais préparée de manière différente. L’idée est de faire vivre une nouvelle expérience aux gens, d’ouvrir leurs horizons, mais en les gardant quand même dans leur zone de confort. Ce sera un endroit où tout le monde va se sentir bien», assurent les proprios.

Au-delà de la nourriture, ce projet revêt aussi une vision sociale dans sa raison d’être puisque les propriétaires désirent en faire un lieu de rencontre et de rassemblement. Un coin «lounge» sera notamment aménagé au deuxième étage. On veut y tenir des concerts amateurs, inviter les artistes locaux à exposer leurs œuvres et organiser des soirées de jeux de société. L’endroit d’une cinquantaine de places sera aussi adapté pour les personnes à mobilité réduite.

«Ça représente un très gros investissement. En plus de l’achat du bâtiment ancestral qui servait autrefois comme gîte, on a tout refait l’intérieur pour le mettre en valeur et à notre goût. C’est beaucoup de travail, mais c’est ce qu’on voulait. Ce projet n’a pas été pensé en termes de profit, mais bien avec notre cœur. On espère que les gens de la place vont embarquer dans l’aventure avec nous», concluent-ils.

Pour plus d’information, il suffit de consulter leur page Facebook en cliquant ici

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires