Un possible salon funéraire inquiète le voisinage

Par Dany Jacques
Un possible salon funéraire inquiète le voisinage
L’ouverture du complexe funéraire est prévue d’ici le mois de mars prochain.

REGISTRE. L’arrivée d’un second joueur dans l’industrie des salons funéraires n’est pas encore chose faite à Magog.

En effet, des citoyens ont requis la tenue d’un registre concernant l’ajout de la vocation «salon funéraire» à l’intersection des rues Sherbrooke, Ruisseau-Rouge et Didace. Des inquiétudes ont été soulevées de la part de voisins du bâtiment convoité par des hommes d’affaires, soit celui de l’ancienne usine et ex-bureau de la défunte entreprise H. Fontaine.

Un registre sera bientôt ouvert. Les opposants au changement de zonage pourront le signer et si un nombre suffisant de personnes y appose leur griffe, un référendum sur la question pourrait avoir lieu ou le conseil abandonnera tout simplement le processus d’amendement de zonage.

La mairesse de Magog, Vicki May Hamm, tente de calmer les inquiétudes dans le voisinage. «Il s’agit déjà d’un édifice commercial situé dans une zone autorisant beaucoup d’usages, à l’exception des salons funéraires. Pourquoi tolérer plusieurs vocations, mais pas ce dernier», s’interroge-t-elle.

La première magistrate invite les investisseurs à dévoiler leur jeu pour convaincre les voisins inquiets. «Ce n’est pas à moi de dévoiler qui est derrière ce projet, mais ce serait intéressant de parler investissement et création d’emplois», lance-t-elle.

Mme Hamm croit à la saine concurrence et croit qu’un second joueur dans l’industrie des salons funéraires a sa place à Magog.

Rappelons que la Résidence funéraire Ledoux table aussi sur un projet d’expansion, plus précisément sur son stationnement de la rue Sherbrooke.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires