Réorganisation majeure chez les pompiers de Magog

Par superadmin
Réorganisation majeure chez les pompiers de Magog
Serge Collins et Vicki May Hamm

La Ville de Magog entreprend un virage à 180 degrés pour améliorer la couverture incendie sur son territoire en s’offrant notamment un service de pompiers à temps plein.

Actuellement, seuls les capitaines, qui sont au nombre de quatre, ont un horaire à temps plein sur les 59 pompiers. Mais dès septembre 2017, ils seront 36 à se retrouver avec un poste complet.

Comme l’explique le directeur par intérim du Service de sécurité incendie de Magog, Serge Collins, deux équipes seront en tout temps prêtes à intervenir, ce qui améliorera le temps de réponse et la force de frappe sur une intervention. Cette décision facilitera aussi la gestion des horaires. «Le temps de réponse sur un incendie, c’est le nerf de la guerre, soutient-il. Et attaquer un incendie à deux ou quatre pompiers, ce n’est pas sécuritaire. En étant dix en tout temps, ça le sera davantage et on gagnera en efficacité.»

Ce changement a un prix puisqu’il entraînera ultimement des coûts additionnels et récurrents de 1,3 M$ par année sur la masse salariale.

Pas de déménagement pour la caserne

Magog revient sur sa décision et ne déménagera pas sa caserne sur la rue Saint-Luc. Ce projet, évalué à 4,5 M$, a vite soulevé des interrogations aux yeux de M. Collins, surtout sur le choix de l’emplacement. «Pour moi, c’était problématique d’amener la caserne sur la rue Saint-Luc. C’est en plein cœur d’un quartier résidentiel, collé sur une voie ferrée et éloigné d’une route principale. Il fallait absolument analyser un autre scénario», explique-t-il.

Celui qui a été retenu est la construction d’une nouvelle caserne à même le site actuel, sur la rue Sherbrooke, au coût de 5,5 M$. La caserne partagera encore le terrain de l’hôtel de ville, mais elle sera détachée du bâtiment municipal. Il y aura six portes de garage pour entreposer tous les véhicules. Ce projet entraînera la perte de 30 cases de stationnement que la Municipalité promet de remplacer à proximité.

Les deux autres casernes feront aussi l’objet de travaux. Celle sur la rue Lévesque dans le secteur Southière sera réorganisée de l’intérieur pour accueillir une équipe de quatre pompiers. Quant à celle du lac Lovering, elle sera réaménagée pour accueillir des pompiers en situation d’urgence. Un véhicule autopompe y sera logé en permanence.

En plus de ces travaux, Magog fera l’acquisition d’un véhicule d’urgence pompe-citerne (environ 560 000 $) et d’un bateau (environ 100 000 $), «plus adapté à la taille du lac Memphrémagog», et qui sera muni d’une pompe intégrée. De plus, trois bornes sèches avec réservoir seront installées dans le secteur du lac Lovering. Finalement, des démarches sont entreprises pour conclure des ententes en automatisme avec Sherbrooke, Canton de Stanstead et Austin.

Des coûts importants

La mairesse Vicki-May Hamm reconnaît que ces dépenses imprévues obligeront le conseil municipal à faire des choix budgétaires. Cependant, elle assure qu’il n’y aura aucun impact sur les projets majeurs déjà en marche comme la revitalisation du centre-ville, la maison Merry ou l’usine d’épuration d’Omerville.

«Les dernières interventions incendie nous ont démontré que pour une ville comme Magog, les citoyens sont en droit de s’attendre à une meilleure couverture. Avec ces changements, ils n’auront jamais été aussi bien couverts et en sécurité et c’est la même chose pour nos pompiers et pompières», se réjouit-elle.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires