Un pêcheur frôle la mort en tombant dans les eaux glacées du lac Memphrémagog

Par Pierre-Olivier Girard
Un pêcheur frôle la mort en tombant dans les eaux glacées du lac Memphrémagog
Lac Memphrémagog en hiver. (Photo : gracieuseté - Archives)

SAUTEVAGE. Un homme a été sauvé in extremis des eaux glacées du lac Memphrémagog jeudi matin grâce à la vigilance de deux citoyens et à l’intervention rapide des pompiers du Service de sécurité incendie de Magog.

L’individu s’était aventuré sur les glaces du Memphré pour aller pêcher dans le secteur Southière lorsque la glace a cédé sous son poids. L’homme est parvenu à s’agripper sur le rebord de la surface glacée.

«Par un coup de chance incroyable, un résident demeurant sur l’avenue des Bouleaux a regardé au même moment par la fenêtre de sa maison et a aperçu l’individu, qui se trouvait tout de même à environ 400 pieds du bord. Le résident est sorti dehors pour parler au pêcheur et garder contact avec lui, pendant que sa conjointe a composé le 911», rapporte le chef aux opérations, Daniel Comeau.

Les pompiers se sont aussitôt rendus sur place. À l’aide de leur équipement spécialisé, ils sont parvenus à se rendre à la victime rapidement avant de la ramener en lieu sûr. Le pêcheur souffrait d’hypothermie avancé, lui qui est demeuré environ 25 minutes dans l’eau.

Il est tout de même demeuré conscient tout au long de l’intervention. «Dès que l’appel est entré, il nous a fallu une dizaine de minutes pour sauver la victime. Nos hommes ont fait tout un travail et que dire de ce couple qui a composé le 911, souligne-t-il. Le comportement exemplaire de ces deux personnes, qui n’ont pas hésité une seconde à intervenir, a assurément permis de sauver une vie aujourd’hui. Ça prouve à quel point tous les maillons de la chaîne sont essentiels, surtout dans une intervention aussi critique.»

Le chef aux opérations précise que le pêcheur ne portait pas d’équipement de flottaison. Il lance d’ailleurs un appel à la prudence à toutes les personnes qui s’aventurent sur les plans d’eau gelés. «Oui, il fait très froid ces jours-ci, mais on a aussi vécu plusieurs moments de redoux. Il faut toujours redoubler de prudence et bien vérifier l’épaisseur de la glace», rappelle Daniel Comeau.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
4 mois

Quelle chance! Le pêcheur doit un vrai merci à ce couple attentionné et à la vitesse d’intervention et à l’expertise des pompiers de Magog qui lui ont littéralement sauvé la vie. Il faut dire que les lacs gèlent plus tard et que leur glace est plus mince avec le réchauffement climatique. Même si nous avons connu un record de froid mardi, les courants plus chauds des rivières fragilisent la couverture glacée du lac. Aux abords de l’embouchure de la rivière aux Cerises, il y a, pendant les premières semaines de l’hiver, un courant plus chaud qui circule sous la glace, et avec la petite neige qui est tombée cette semaine, il n’était facile de voir l’état réel de la glace. Il y a eu des kitesurfeurs dans la Baie, mais ils sont rapides et légers avec leurs grands cerfs-volants, et ils évitent toujours l’embouchure de la rivière aux Cerises et ses environs…

Last edited 4 mois by Daniel Gagnon