Véda fait tourner les têtes sur le tapis rouge

Par Patrick Trudeau
Véda fait tourner les têtes sur le tapis rouge
Véda a pris plaisir à poser aux côtés de certaines personnalités sur le tapis rouge, dont l'animatrice Julie Snyder. (Photo : gracieuseté - Zachary Therrien)

AUDACE. On a juste une chance de faire une première bonne impression et la rappeuse Véda a mis cette maxime en pratique lors de son passage au gala de l’ADISQ, dimanche dernier à Montréal.

Vêtue d’une audacieuse combinaison moulante et d’une flamboyante couronne, la « future reine du hip-hop québécois » a fait tourner bien des têtes sur le tapis rouge et durant la soirée tenue à la Place des arts.

« J’ai plusieurs belles robes, mais c’est quand même rare qu’on a l’occasion de porter un vêtement comme celui-là. C’était le moment idéal », estime la jeune femme aux multiples talents.

« Avec le hip-hop, l’aspect vestimentaire est complémentaire à la musique et il faut réussir à se démarquer. Je crois bien avoir attiré l’attention », a-t-elle lancé sur un ton espiègle.

(Photo gracieuseté – Zachary Therrien)

Pour la première fois de sa jeune carrière, l’artiste magogoise avait la chance d’être invitée à ce grand rendez-vous de la musique, et ce, en raison de sa participation au récent album « Rapelles », un projet 100% francophone et mettant en vedette huit rappeuses québécoises.

« J’ai reçu l’invitation une semaine seulement avant le gala. J’en rêvais depuis que je suis toute jeune et je visualisais depuis longtemps ma présence à cet événement. J’ai même déjà écrit mon discours si jamais je monte un jour sur scène pour recevoir un prix », confesse-t-elle en riant.

Avouant avoir savouré chacune des étapes de la soirée (tapis rouge, rencontre avec les médias, remise de prix, after party…), Véda nourrit déjà de grandes ambitions pour le gala de 2023. « Étant donné que l’album « Rappelles » vient tout juste de sortir, il pourrait très bien se retrouver parmi les nominations l’an prochain. Et comme je vais moi-même sortir un album au printemps, on ne sait jamais ce qui peut se produire », évoque-t-elle sur un ton optimiste.

« La journée de dimanche m’a insufflé une bonne dose d’énergie et elle m’a confirmé que j’avais ma place dans ce milieu. Et je veux poursuivre les efforts pour faire rayonner mon style musical. Il y a encore beaucoup de travail à faire pour que le rap féminin occupe la place qu’il mérite au Québec », conclut celle qui compose ses propres chansons et qui écrit également pour d’autres artistes.

Un prix pour Michaud et Vallières

Par ailleurs, les auteurs-compositeurs-interprètes Vincent Vallières et Patrice Michaud ont chacun récolté un Félix lors du premier Gala de l’ADISQ présenté le 2 novembre, en avant-première de l’événement principal.

Michaud a reçu la statuette de l’Album de l’année – Adulte contemporain pour « Grand voyage désorganisé », alors que Vallières a mis la main sur le prix Script de l’année pour « Toute beauté n’est pas perdue ».

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires