Une expérience unique pour des personnes à mobilité réduite

Par Patrick Trudeau
Une expérience unique pour des personnes à mobilité réduite
Carl Marquis (à gauche) et Fernand Courchesne lancent un appel aux randonneurs-joggeurs ainsi qu'aux personnes à mobilité réduite, en vue du 3e Défi Everest-Orford. (Photo : (Photo Le Reflet du Lac - Patrick Trudeau))

 
DÉFI. Des personnes à mobilité réduite auront la chance de vivre une expérience enivrante et unique en faisant l’ascension du Mont-Orford dans un fauteuil spécialement adapté, dans le cadre du 3e Défi Everest-Orford qui aura lieu du 3 au 5 septembre prochain.

Durant trois journées (et 3 nuits) consécutives, des équipes de randonneurs se relaieront afin d’effectuer un total de 19 ascensions-descentes du versant Orford, via la 4 km, un total qui équivaudra au dénivelé du mont Everest.

Ces équipes, par groupe de 6, auront le mandat de tirer – ou pousser – un fauteuil adapté sportif, le Joëlette, qui servira de véhicule de transport aux participants à mobilité réduite.

Ces participants peuvent souffrir d’un handicap ou encore être en perte d’autonomie. « Il y a des gens plus âgés qui voudraient bien se rendre au sommet de la montagne, mais qui n’ont plus la forme nécessaire. Ce sera l’occasion idéale de le faire lors de notre défi », lance l’instigateur de l’événement, Fernand Courchesne, qui a déjà reçu la confirmation de présence d’une dame de 87 ans.

Au profit du Centre FSWC Québec

Féru d’épreuves d’endurance et sensible à la cause des personnes à mobilité réduite, M. Courchesne a organisé diverses activités au fil des ans, afin de soutenir des organismes locaux.

Cette fois, c’est le Centre québécois d’entraînement adapté FSWC Québec qu’il a choisi d’épauler. Ainsi, une collecte de fonds sera jumelée au Défi Everest-Orford et l’argent ira directement à cet organisme basé à Sherbrooke.

Cofondé et présidé par le Magogois Carl Marquis, un ex-champion d’athlétisme et de curling en fauteuil roulant, le Centre québécois FSWC offre des ateliers de réadaptation aux blessés médullaires ou aux personnes souffrant de problèmes neurologiques.

« Nous offrons des entraînements et des exercices de neuroplastie qui visent une récupération fonctionnelle. Un gain en autonomie, aussi léger soit-il, peut changer la vie d’un patient », fait valoir M. Marquis, 

« Nous sommes en opération depuis quelques mois seulement (février 2022) et on observe déjà de petits miracles au quotidien », s’enthousiasme-t-il.

Tout au long du week-end de la fête du Travail, des bénévoles et des clients du Centre FSWC Québec seront sur place pour expliquer la mission de leur organisme. Il sera aussi possible de faire un don par la même occasion.

Mais d’ici là, les organisateurs du Défi Everest-Orford lancent un appel à tous pour combler les places dans les fauteuils ainsi que dans les équipes de randonneurs-accompagnateurs.

Les départs en Joëlette auront lieu tous les trois heures et s’amorceront dans la nuit de vendredi à samedi. « C’est quand même assez magique de gravir le Mont-Orford en pleine nuit. J’espère que les gens répondront en grand nombre », a laissé entendre Fernand Courchesne, qui compte bien participer à chacune des 19 ascensions.

Pour s’inscrire ou obtenir plus d’information, visitez le www.fswcquebec.ca/defi-everest-orford.html

Une dame de 87 ans, Pierrette Jamblin, de Magog, a déjà confirmé sa présence comme passagère auprès de l’organisateur Fernand Courchesne. (Photo gracieuseté)

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires