Un panier d’épicerie pour compenser les dépenses de la rentrée

Par Patrick Trudeau
Un panier d’épicerie pour compenser les dépenses de la rentrée
Jean Pelchat (Souper du partage), Édith Pelletier (CSS), Stéphane Bégin (Souper du partage) et Suzanne Lafleur (BAM) étaient fiers d'annoncer la première distribution des «paniers de la rentrée».

AIDE ALIMENTAIRE. Parce que la période de la rentrée scolaire a un impact important sur une clientèle moins aisée, l’organisation du Souper du partage Jean Pelchat et la Commission scolaire des Sommets (CSS) unissent leurs forces pour offrir une aide alimentaire à une soixantaine de familles de la MRC de Memphrémagog. Basée sur le même principe que les paniers de Noël distribués en décembre, les nouveaux «paniers de la rentrée» seront remis le 9 septembre prochain au Provigo Le Marché de Magog, quartier général du Souper du partage et commanditaire de longue date. Pour les familles qui habitent les régions plus éloignées de Magog, des bénévoles iront les livrer directement à leur domicile. Il s’agit d’un projet pilote, mais qui pourrait assurément devenir une tradition, sachant à quel point le retour à l’école peut provoquer un casse-tête dans le budget familial. «La rentrée est une période où la pression financière est grande pour les familles, en raison notamment de l’achat des fournitures scolaires. C’est pour cette raison que nous avons décidé d’initier ce nouveau programme», a expliqué le président du Souper du partage, Stéphane Bégin. En collaboration avec les directions de ses écoles, la CSS a identifié les familles les plus susceptibles de recevoir cette aide de début d’année. «La Commission scolaire est toujours préoccupée par le fait que plusieurs jeunes ne mangent pas le matin. Quand ces élèves arrivent en classe le ventre vide, c’est beaucoup plus difficile pour les apprentissages», rappelle la directrice générale de la CSS, Édith Pelletier. Également collaboratrice au projet, la Banque alimentaire Memphrémagog (BAM) a constaté une hausse d’achalandage au cours des derniers jours à ses bureaux de la rue Sherbrooke. «Habituellement, nous effectuons un dépannage alimentaire toutes les 20 minutes. Durant la journée d’hier (28 août), nous avons fourni de l’aide à deux familles en moyenne toutes les 20 minutes», a donné en exemple la directrice générale de la BAM, Suzanne Lafleur. Chaque panier de la rentrée contiendra des victuailles d’une valeur d’environ 200 $, en plus d’un amalgame de fruits et légumes, gracieuseté des maraîchers de la région et de la Banque alimentaire. «Grâce au Marché public de Magog, nous avons une abondance de produits frais actuellement. On peut vraiment dire que c’est toute la communauté qui contribue à ce projet», a fait valoir Mme Lafleur. Précisons que le coût total des victuailles, qui s’élève à 12 000 $, sera assumé conjointement par le Souper du partage Jean Pelchat (10 000 $), la Fondation Provigo (1000 $) et le député Pierre Reid (1000 $).

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Michel Gosselin
Michel Gosselin
4 années

Bravo, bonne idée.