Un nouveau don écologique dans le secteur du mont Chagnon

Le Reflet du Lac info@lerefletdulac.com

Un nouveau don écologique dans le secteur du mont Chagnon
La propriété Berger-Coupry est d'une superficie de 28,38 hectares. (Photo : (Photo Le Richelieu - Archives))

ENVIRONNEMENT.  Une propriété d’une superficie de plus de 28 hectares est maintenant protégée à perpétuité de tout développement grâce à une récente acquisition par l’organisme de Conversation des vallons de la Serpentine (CVS).
 

Qualifiée de haute valeur écologique, la propriété Berger-Coupry permettra la consolidation des aires protégées du secteur du mont Chagnon. Ce projet vise la protection de milieux naturels abritant, entre autres, une partie de l’habitat de la paruline du Canada, de la tortue des bois ainsi que de nombreuses chauves-souris en situation précaire. 

 » La propriété Berger-Coupry est située au cœur d’un noyau de conservation dans le secteur du mont Chagnon. Elle représente un maillon essentiel dans la protection, à perpétuité, de milieux naturels du réseau écologique permettant le maintien d’un lien entre les aires protégées du mont Sutton et du Parc national du mont-Orford « , mentionne Christine Bélanger, gestionnaire principale, programmes et développement à la Fondation de la faune du Québec, qui a soutenu cette acquisition.

La fragmentation et la destruction des habitats qui résultent des activités humaines, dont le développement résidentiel, sont considérées comme des causes majeures de l’érosion de la biodiversité, lit-on par voie de communiqué. La réduction de la taille des habitats fauniques et l’augmentation de leur isolement nuisent, à long terme, à la viabilité des populations fauniques qui y vivent.

Ainsi, la conservation de grands blocs forestiers non fragmentés et la connectivité entre eux favorisent le maintien d’habitats au sein d’un paysage, et par conséquent le maintien de la biodiversité. » Depuis plusieurs années, nous discutons avec MM. François-Xavier Berger et Jean-Marc Coupry afin de protéger une partie de leur propriété traversée par le ruisseau de la Serpentine. En finalisant cette acquisition, nous consolidons un secteur où plusieurs propriétés sont aussi protégées par notre organisme « , souligne Françoise Bricault, secrétaire-trésorière pour l’organisme Conservation des vallons de la Serpentine.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires