Un couple «perd les pédales» en vélo sur 20 000 km

Par Dany Jacques
Un couple «perd les pédales» en vélo sur 20 000 km
Jade Beaulieu et Yanouk Paquette Labonté. (Photo : gracieuseté - Perdons Les Pedales - Yanouk)

AVENTURE. Espagne, Italie, Croatie, Turquie, Grèce et Kazakhstan: ce sont tous des pays à faire rêver. Imaginez les parcourir en cyclotourisme depuis 400 jours. Telle est l’actuelle aventure du Magogois d’origine Yanouk Paquette Labonté (26 ans) et de sa conjointe Jade Beaulieu (29 ans). 

Ce couple a tout quitté et tout vendu pour amorcer leur périple en vélo à Paris le 14 juillet 2021. L’objectif demeure de joindre la Malaisie en deux ans dans le cadre d’une expérience d’une vie intitulée «Perdons les pédales ».

Les aventuriers étaient presque à la moitié de leur itinéraire lorsque joints par Le Reflet du Lac via la caméra de Messenger. 10 000 km ont déjà été parcourus dans 16 pays avant l’entrevue qui se passait en direct de la plus grande ville du Kazakhstan, Almaty.

Yanouk et Jade en profitaient alors pour faire une pause bien méritée et gagner un peu d’argent en travaillant. L’arrêt semble bon pour les mollets et le moral, car ils viennent de rouler dans le désert et les pentes abruptes, sous la chaleur torride et en altitude. «Les montées à pied en poussant le vélo sur des routes presque impraticables étaient particulièrement difficiles, mais le paysage valait le détour», résume Yanouk.

Ils sauteront dans un avion, ce vendredi 26 août, afin de se rendre en Corée du Sud, puis au Viet-Nam dans un second vol. L’avion est nécessaire afin de survoler la Chine, un pays qui a rendu ses frontières plus étanches en période pandémique. Le périple se poursuivra sur deux roues au Vietnam, au Cambodge, en Malaisie et peut-être à Singapour.

Quelques mésaventures à peine ont ponctué leur voyage jusqu’à maintenant. Leur tente est, par exemple, complètement inutilisable, mais les auberges sont venues à leur rescousse. «Tout se déroule bien sans blessure ni accident et sans COVID», fait remarquer Jade.

Le défi des montagnes désertiques

Les deux derniers mois ont plutôt été difficiles du côté des montagnes à gravir sous des températures au-delà des 40 degrés Celcius. «On a dû rouler de nuit lorsque la canicule a fait monter le mercure à 48 °C, raconte Yanouk. Notre record à date a été de franchir une montagne de 3400 mètres d’altitude, et c’est Jade qui est arrivée en premier.»

Le couple a bien apprécié retrouver les routes pavées, surtout après avoir roulé et marché en poussant leur lourd vélo pendant une semaine sur des routes de gravier. «C’était difficile, mais le défi est plus facile à relever lorsqu’on s’encourage entre cyclistes rencontrés sur la route, ajoute Jade. On s’attendait à des passages plus difficiles, mais pas à rouler dans la neige et le froid à Istanbul et à Athènes, en plus de rouler sous des records de chaleur dans d’autres pays.»

Le trajet à venir semble moins montagneux, ce qui réjouit ce duo qui apprécie grandement son aventure, son dépaysement et ses rencontres inoubliables.

Ce couple vit actuellement une authentique expérience de cyclotourisme au rythme d’environ 50 km par jour. Ils préfèrent prendre leur temps pour rencontrer des villageois et d’autres cyclistes. Ils ne se considèrent pas comme des athlètes ni de grands sportifs. Avant d’entreprendre l’aventure, Yanouk avait seulement trois longues distances à vélo dans les jambes, dont une traversée sur Canada en 2018.

Par contre, Jade avait peu enfourché une bicyclette au cours des dernières années. Son actuelle expérience lui fait dire que tout est possible. «N’importe qui peut le faire et j’en suis la preuve, témoigne-t-elle. Le corps va suivre, mais j’avoue que c’est parfois plus difficile du côté mental.»

Prendre la décision de partir représente l’épreuve la plus ardue jusqu’à maintenant pour Yanouk. «Faire le grand saut est difficile, mais tout devient plus facile une fois que tu as pris la décision de partir», confie-t-il.

Leur retour au pays est prévu vers la fin juin ou début août 2023.

On peut suivre leurs aventures sur différentes plateformes comme Instagram, YouTube et Patreon en tapant «Perdons les pédales».

Leur objectif consiste à partager de splendides images et leurs expériences pour démocratiser le cyclotourisme et faire connaître ce mode de vie nomade.

https://www.instagram.com/perdonslespedales/

 

https://youtube.com/c/Perdonslesp%C3%A9dales

 

https://www.patreon.com/perdonslespedales

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires