TRIBUNE LIBRE: Révisons le projet de développement immobilier à l’angle des chemins du Parc et Alfred-Desrochers

Denis Tremblay Canton d'Orford

TRIBUNE LIBRE: Révisons le projet de développement immobilier à l’angle des chemins du Parc et Alfred-Desrochers
Deux esquisses (à titre d'exemple) pour illustrer le propos de l'auteur. Le plan du haut est soumis au conseil par le promoteur, tandis que celui du bas est proposé par le signataire de cette lettre ouverte.  (Photo : (Photo gracieuseté))

Personnellement, je préférerais que le champ d’herbe et les arbres qui sont là actuellement restent intouchés. Je favoriserais des mesures de consolidation du village d’Orford existant qui en a bien besoin. Je ne pense pas que les résidents permanents vont prendre l’habitude de faire leur marché dans une petite épicerie de ce genre. Elle servira peut-être de super dépanneur en compétition avec le dépanneur déjà là. Mais notre règlement d’urbanisme et les orientations de développement de l’administration municipale étant ce qu’ils sont, j’ai bien peur qu’un projet de ce type finisse par voir le jour.

Pour cette raison, je vous soumets ces quelques commentaires sur le plan d’ensemble soumis, question d’en arriver à un meilleur compromis et une meilleure intégration au noyau villageois.

 Le plan d’ensemble soumis par la municipalité:

  • Le cœur de la partie commerciale du projet est un stationnement, « tout pour l’auto ».
  • Les façades principales des commerces donnent sur le stationnement.
  • Le maillage des voies cyclables, piétonnières et de circulation automobile dans les stationnements est pour le moins chaotique ou cauchemardesque (complètement dysfonctionnel).
  • La partie commerciale s’apparente, en modèle réduit, aux centres commerciaux de type « big-box », comme sur le boulevard du Plateau-Saint-Joseph à Sherbrooke ou le 10/30 à Brossard.
  • La partie résidentielle est desservie par une rue (privée ?) en cul-de-sac formant un enclos coupé du reste du village.
  • Cet aménagement, digne d’une banlieue, ne s’intègre absolument pas au noyau villageois. C’est un enclos fermé sur lui-même, complètement coupé et déconnecté du village.

Caractéristiques d’un projet de cette envergure s’intégrant au noyau villageois:

  • Le projet commercial doit s’inscrire dans le prolongement de notre courte rue commerciale existante avec ses caractéristiques quant à l’implantation et l’architecture des bâtiments.
  • L’accès aux commerces doit être privilégié pour les piétons.
  • L’implantation doit faire en sorte que les façades et entrées des commerces donnent sur la rue commerciale.
  • Les stationnements doivent se situer en arrière des commerces.
  • Les résidences doivent offrir des habitations donnant sur une voie publique connectée aux voies existantes.

 

 Denis Tremblay

Canton d’Orford

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Marthe Gaudette
Marthe Gaudette
2 mois

Il serait aussi temps de prendre conscience que le Village s’appelle Cherry River, et non Orford.

Carl Grimard
Carl Grimard
2 mois

Le plan proposé comme alternatif au plan soumis au conseil m’apparaît beaucoup plus logique pour les raisons mentionnées dans cette lettre. Visuellement, cela fait du gros bon sens! Merci à Mr Denis Tremblay de l’avoir montré. J’espère que le conseil d’Orford le verra de même.

Daniel Faucher
Daniel Faucher
2 mois

Monsieur Tremblay,

Merci pour votre très intéressante réflexion-proposition pour améliorer le projet de développement immobilier à l’angle des chemins du Parc et Alfred-Desrochers
à Orford.

Dans le journal Le Devoir d’aujourd’hui 28 novembre 2022, il y a un article qui va exactement dans le sens de votre proposition. De plus, cet article parle d’un projet en cours de réalisation tout près de nous, à Sherbrooke.

On peut lire cet article en suivant le lien suivant:

https://www.ledevoir.com/societe/transports-urbanisme/772450/le-devoir-de-cite-pas-de-quartier-pour-l-individualisme