TRIBUNE LIBRE: L’Accueil Notre-Dame, une résidence pour aînés à sauvegarder

Lyse Salvail Magog

TRIBUNE LIBRE: L’Accueil Notre-Dame, une résidence pour aînés à sauvegarder
Il est possible de nous envoyer une lettre d'opinion à l'adresse suivante: djacques@lerefletdulac.com (Photo : (Photo gracieuseté))

Soeur Hélène, infirmière exerçant à l’hôpital, a voulu créer cette résidence sur un mode communautaire il y a 36 ans pour répondre aux besoins d’hébergement des aînés de sa communauté, particulièrement les moins fortunés d’entre eux, autonomes, en perte d’autonomie ou en période de convalescence. L’organisme est administré par des bénévoles qui ne reçoivent aucun salaire.

Or, l’Accueil se trouve présentement dans une situation financière précaire à cause de toutes sortes d’entraves administratives liées à des normes et à des cadres de gestion gouvernementaux mal adaptés aux résidences qui ne font pas partie de grands groupes financiers, particulièrement celles à statut communautaire qui disposent de moins de coussin financier que les RPA des grands groupes privés de ce monde.

De plus, la Société d’habitation du Québec tarde à respecter son engagement à payer 50% des frais d’agrandissement de la résidence soit 500 000 $ pour d’obscures raisons. Ces entraves administratives mettent en péril la situation financière de l’établissement.

Une grande appréciation

Je veux témoigner de mon appréciation de cette résidence suite au bénévolat que j’y ai fait pendant

10 ans au rythme de 3 jours par semaine, autant pour la levée de fonds que pour assister les résidents. Avec d’autres bénévoles, nous avons contribué au financement de cet organisme à but non lucratif en préparant des mets pour les soupers communautaires des mercredis soirs. Pour Noël, nous faisions des beignes et des bûches, et participions à l’organisation de la partie de golf en été. De plus, je m’occupais de l’animation récréative auprès des résidents.  

J’ai constaté que l’Accueil Notre-Dame est le meilleur endroit où nous pouvons loger les aînés que nous aimons: la nourriture est achetée chez les maraîchers et cultivateurs de la région; les repas sont adaptés aux besoins des résidents; tout est fait maison, rien de commercial. Les chambres et appartements sont vastes et bien éclairés. Le formidable personnel aime les personnes âgées et donnent sans condition les meilleurs soins possibles. Les personnes à faible revenu peuvent être assistées financièrement.

Probablement qu’un jour, vous aurez à trouver un lieu de vie pour vos parents ou grands-parents. L’Accueil est l’endroit par excellence. Le formidable personnel aime les personnes âgées et donne sans condition les meilleurs soins possibles. Mon conjoint et moi tenons à y aller finir nos jour…nulle part ailleurs.

Je vous incite, citoyens et citoyennes de la MRC de Memphrémagog, à téléphoner à notre député, Gilles Bélanger afin qu’il s’assure que les instances administratives et politiques impliquées dans le fonctionnement de l’Accueil assument leurs responsabilités.   

Il n’est pas question de laisser détruire notre château-fort qui a survécu grâce aux efforts bénévoles de Magogois engagés depuis 36 ans. La Ministre Blais devrait s’inspirer de ce que les Magogois ont bâti pour les personnes âgés de notre région.

P.S. Si vous avez des sous en fonds de tiroir…vous pouvez aider.

 

Lyse Salvail

Magog

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Daniel Faucher
Daniel Faucher
5 mois

Merci, madame Salvail, pour ce beau témoignage sur l’Accueil Notre-Dame. Il est inimaginable qu’après tant d’efforts de dizaines de bénévoles depuis sa création, cette institution se retrouve aujourd’hui dans la situation financière qui la menace à cause de lourdeurs et d’incohérences bureaucratiques de tous ordres. Je trouve la situation encore plus scandaleuse quand je vois les dizaines de millions qui sont dépensés pour la construction des Maisons des Aînés. C’est comme déshabiller Pierre pour habiller Paul, comme on dit dans le langage populaire. Sait-on qu’à Magog, juste le terrain acheté pour la construction de la Maison des Aînés aux Quatre-Fourches, à proximité des intérêts du député Bélanger, a été payé 1 million et demi de $?