TRIBUNE LIBRE: Cours d’histoire (101) pour un conseiller municipal 

Maurice Langlois Magog

TRIBUNE LIBRE: Cours d’histoire (101) pour un conseiller municipal 
Il est possible de nous envoyer une lettre d'opinion à l'adresse suivante: djacques@lerefletdulac.com (Photo : (Photo gracieuseté))

À la dernière assemblée du conseil municipal de Magog, le 16 janvier 2023, lors du tour de table, le conseiller Jean-François Rompré, au cours d’une envolée sur plusieurs sujets, dont certains sans lien avec le point discuté (sauna flottant), y incluant ses prouesses en ski nautique, se permettait quelques énormités qui méritent d’être corrigées.

Le Haut Boy, mû par deux chevaux, était un traversier qui faisait la navette entre Georgeville et Knowlton’s Landing depuis les années 1820 et non en 1850, année de lancement du Mountain Maid. Ce traversier n’a jamais évolué à l’Outlet (Magog).

De plus, en 1850 il n’y avait pas de quai à l’endroit de l’actuel quai MacPherson. Le premier quai, construit à l’Outlet vers 1850, était situé sur la rive est du lac, à proximité de la station de pompage d’eau potable de la ville de Magog, d’abord pour y recevoir le Mountain Maid. Il a ensuite été rallongé par Sir Hugh Allan, en 1867, pour accoster son Lady of the Lake. Ce n’est qu’en 1878, à la demande de Ralph Merry V, que Sir Hugh Allan acceptait de déménager son quai à proximité de la gare du Waterloo & Magog Railway, pour y recevoir le Mountain Maid et le Lady of the Lake. 

Ces deux bateaux transportaient des passagers avec leurs bagages, des approvisionnements variés livrés aux riverains et des fournitures de toutes sortes, y inclus du bois, entre Magog et Newport. Si vous considérez ces activités comme des activités commerciales, les quais de Magog ont toujours eu une telle vocation. Cependant, un sauna flottant, tel que proposé par des entrepreneurs privés, me paraît être une activité commerciale complètement différente.

Le conseiller a ensuite affirmé que l’Anthemis avait sillonné le lac Memphrémagog de 1909 à 1959. Or, ce premier bateau à vapeur à hélice a fait son dernier voyage à l’automne 1953 et a été démantelé à Magog par Colin C. MacPherson en 1955. Il me semble qu’un peu plus de réflexion s’impose afin de ne pas transmettre de fausses informations aux milliers d’auditeurs à l’écoute des assemblées du conseil municipal.

Maurice Langlois

Magog

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Daniel Faucher
Daniel Faucher
18 jours

Merci Monsieur Langlois pour ces très opportunes clarifications.

S’il y a une chose qu’elles démontrent, c’est que ce quai MacPherson a été très important, au plan social et économique dans l’histoire de Magog et que, si la présence d’un bateau comme Le Grand Cru est en lien assez direct avec l’activité passée du quai, incluant l’activité touristique, on ne devrait pas y autoriser toutes sortes d’autres activités commerciales comme un sauna flottant ou des espaces de location de toutes sortes qui risquent de l’encombrer et de le dénaturer.

Il serait plus intelligent de reconnaître sa valeur patrimoniale pour Magog et de le protéger en conséquence, tout comme il serait plus intelligent de ne pas amplifier la pression sur l’environnement déjà si fragile de la baie de Magog. .

Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
16 jours

Bravo à Maurice Langlois pour ces précisions qui mettent un peu de vérité dans la bouche du conseiller municipal magogois Jean-François Rompré qui est montré en train de s’entortiller dans ses histoires à dormir debout. Ce n’est pas sérieux.
Je perds confiance dans mon conseiller Rompré, car comment peut-il nous représenter s’il raconte n’importe quoi en public et parle à travers son chapeau? Comment lui faire confiance quand il vote sur des dossiers importants comme dans la question du patrimoine par exemple? Un gros zéro!