Oser l’audace pour dynamiser la rue Principale

Par Dany Jacques
Oser l’audace pour dynamiser la rue Principale
Alan Kezber mise sur l'audace pour dynamiser le centre-ville. (Photo : (Photo gracieuseté))

DÉVELOPPEMENT. « -Nous ne voulons pas dénaturer le -centre-ville, nous voulons plutôt le dynamiser. Osons l’audace, sinon on fait des pas vers l’arrière. »

En marge de la consultation publique de la Ville de Magog qui s’est tenue le 22 février dernier portant sur le centre-ville, Le Reflet du Lac publie la vision de gens d’affaires sur l’avenir de ce secteur névralgique.

Ces paroles sont celles de l’homme d’affaires -Alan -Kezber, un investisseur derrière deux projets et d’un troisième en attente sur la rue -Principale -Ouest à -Magog.

Il comprend les inquiétudes des gens face aux changements. Il se rappelle très bien de la saga de son Îlot -Tourigny. Il est convaincu que les doléances du passé ont fait place à l’admiration de ce bâtiment. « -Les gens font « wow » en le voyant et en le visitant, -assure-t-il. C’est ce type de projet qui attire des visiteurs et des jeunes familles à s’établir chez nous. »

M. Kezber encourage la -Ville à laisser la place à d’autres réalisations comme l’Îlot -Tourigny, mais sans dépasser les quatre ou cinq étages ni trop démolir les bâtiments actuels. Il fait également confiance à la rigueur des architectes de la région pour ériger de beaux bâtiments en harmonie avec le secteur et les réalités de la communauté.

Il propose de poursuivre dans la même veine que les millions investis pour revitaliser le -centre-ville et la -Maison -Merry. Il cite l’exemple du projet résidentiel et commercial qui sera bientôt érigé à l’adresse de l’ancien -Rossy. « -Je suis très content de ce projet intégré à la réalité de cette zone commerciale, car on progresse dans le bon sens », -résume-t-il.

Quant à l’hébergement touristique à court terme, il préfère laisser le marché dicter ou pas cette vocation, tout en laissant les propriétaires décider par -eux-mêmes. « -Ce n’est pas à la -Ville de prendre ces décisions », -croit-t-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Lise Dostie
Lise Dostie
5 mois

Au lieu de dépenser en fleurs, faite des boîtes jardin et lorsque les légumes ou fruits arriveront, ils nourrirons ceux qui les cueillent en espérant que se sera les plus démunis.

Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
5 mois

Ça ne s’appelle pas du dynamisme, ça s’appelle de la destruction aveugle.

Ça été un vrai crève-cœur pour les citoyens de Magog de voir les bouldozeurs de Gilles Bélanger (devenu député!) démolir l’îlot Tourigny pour y faire construire une grosse boîte à savon à l’entrée de la ville de Magog, un édifice banal qui aurait dû avoir sa place dans le parc industriel.

Gilles Bélanger a fait raser l’historique Îlot Tourigny, avec la permission de l’ex-mairesse Hamm et nous a privés d’un important morceau de notre patrimoine.

Le dynamisme, ce n’est pas l’audace de détruire, c’est de valoriser notre bien, c’est de mettre en relief nos atouts patrimoniaux, de rénover dans le respect de notre identité.

Qu’est-ce qui fera notre différence à Magog si nous avons les mêmes boîtes à savon qu’ailleurs, des édifices laids en briques construits sur l’asphalte?

Last edited 5 mois by Daniel Gagnon
Lise Dostie
Lise Dostie
5 mois
Répondre à  Daniel Gagnon

On vous demande votre recommandation et non votre destruction.