Ogden augmente ses taxes de 7,9 % et souhaite améliorer l’accès à ses espaces naturels

Par Dany Jacques
Ogden augmente ses taxes de 7,9 % et souhaite améliorer l’accès à ses espaces naturels
David Lépine, maire d'Ogden. (Photo : Le Reflet du Lac - Dany Jacques)

BUDGET. Le compte de taxes de 2023 inclura une hausse moyenne de taxes de 7,9 % à Ogden. Cette augmentation concerne une maison dont la valeur est de 360 000 $ dans cette municipalité.

Le maire David Lépine informe les contribuables que cette majoration aurait été plus importante sans avoir pigé dans le surplus accumulé. Il signale que l’augmentation de 1 % l’an dernier a également été atténuée en utilisant les excédents. «Une chance que les droits de mutation augmentent sans cesse», explique-t-il.

Les principaux projets de l’année 2023 touchent essentiellement la voirie. 150 000 $ sont réservés pour l’asphaltage d’une partie du chemin Cedarville. Une somme de 260 000 $ sera consacrée au rechargement de chemins de gravier, comme Arnold, Derick, Rivière et McShane.

Le Plan triennal d’immobilisation (PTI) met également de côté des sommes pour l’asphaltage des chemins Stanstead (120 000 $) en 2024 et une autre section de Cedarville (150 000 $) en 2025.

Quant aux chemins Tomifobia, Cedarville, Beebe et Dubé (270 000 $), ces voies de gravier devraient être rechargées en 2024, tandis que les chemins Cedarville et Davis (251 000 $) sont au programme pour 2025.

TOURBIÈRE MARLINGTON ET RÉSERVE DUNN

Parmi les projets à retenir à moyen et long terme, le maire Lépine aimerait mieux encadrer les activités et améliorer les accès à deux réserves naturelles du territoire d’Ogden. La tourbière Marlington pourrait avoir un second accès public pour faciliter les visites guidées. 

Le maire caresse même le rêve de transformer la Réserve de biodiversité Michael-Dunn en un territoire annexé au parc national du Mont-Orford et géré par la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ). Créé en 2013, ce vaste espace de 117 hectares (1,2 km carré) est situé face à l’île Province et s’étend sur les deux côtés de la frontière canado-américaine. «On pourrait imiter le Vermont qui a déjà créé un parc de conservation», souhaite M. Lépine.

On peut obtenir plus d’info sur cet espace américain en tapant «Eagle Point Wildlife Management Area» dans un moteur de recherche.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires