Le projet du futur Aréna Memphrémagog revisité pour éviter les dépassements de coûts

Par Dany Jacques
Le projet du futur Aréna Memphrémagog revisité pour éviter les dépassements de coûts
L'apparence et l'essentiel du projet demeuront intactes malgré la reconfiguration du projet. (Photo : (Photo gracieuseté))

CONSTRUCTION. Le futur Aréna Memphrémagog est toujours prévu pour 2025, mais ce complexe sportif qui sera construit à deux pas de l’école secondaire de La Ruche sera légèrement modifié afin de respecter l’estimation chiffrée entre 32 et 35 M$.

Annoncé en grande pompe par le premier ministre François Legault en mai dernier, ce projet traverse quelques phases jugées critiques par le nouveau président par intérim de l’organisme sans but lucratif Aréna Memphrémagog, en l’occurrence Patrick Touzin.

La reconfiguration du bâtiment est nécessaire afin de respecter le cadre financier annoncé par le premier ministre. Le nombre de spectateurs pourrait être modifié. La pertinence d’une troisième glace, plus petite que les deux autres, est remise en question. Des extras seront sacrifiés.

« On cherche à optimiser l’occupation, des éléments architecturaux ainsi que la superficie totale, détaille M. Touzin. On veut revoir l’ampleur du projet, car l’inflation galopante et la hausse des taux d’intérêt risquent de faire bondir la facture si on ne bouge pas. Heureusement qu’on avait déjà prévu un coussin financier. »

Le président par intérim d’Aréna Memphrémagog assure que l’essentiel, la vocation et l’apparence du projet demeureront intacts. Les administrateurs de ce groupe maintiendront les espaces locatifs, comme les aires de restauration, afin de conserver des sources de revenus pour accompagner ceux provenant des locations d’heures de glace.

« Il y aura du déboisement, mais plusieurs arbres seront redonnés gratuitement à la population, ajoute-t-il. Nos mesures compensatoires prévoient aussi du reboisement.

Le successeur de Jean-Guy Gingras informe que le processus de la cession du terrain (45 500 mètres carrés) appartenant au Centre de services scolaire des Sommets à l’organisme Aréna Memphrémagog va bon train. Les discussions avec la Ville de Magog sur les servitudes et le lotissement du terrain progressent bien également.

Des fouilles archéologiques ont aussi été réalisées par le Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, les 6 et 7 septembre derniers. Selon M. Touzin, le rapport final sera bientôt déposé, mais rien n’indique actuellement la présence d’artefacts d’intérêt historique.

Un chargé de projet devrait être embauché en octobre pour s’occuper de ce projet au quotidien. La version finale du futur complexe sportif sera déposée en novembre. Un appel d’offres sera par la suite lancé afin de dénicher un constructeur et fixer la facture totale. «On avait accumulé du retard, mais on a réussi à relancer la cadence pour une construction dès octobre 2023 et pour maintenir une possible ouverture en septembre 2025, rassure-t-il. 

Rappelons que ce projet estimé entre 32 et 35 M$, selon le contexte économique, bénéficie de subventions totalisant 27 M$. Ces 27 M$ proviennent à parts égales d’Ottawa, de Québec et de la Ville de Magog avec 9 M$ chacun. Le solde est sous la responsabilité de l’OSBL, tout comme de possibles dépassements de coûts.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Alain Milette
Alain Milette
2 mois

Une étude d’impact environnementale est primordiale sinon qu’on procède à une révision des plans pour revoir le projet en façade de terrain., ça ne sera pas la première fois qu’on change le plan d’implantation, à ma mémoire il y a eu trois versions sinon quatre avec les frais s’y rattachant, une de plus ou de moins au point où nous en sommes.
La portion boisée en façade près de la piscine pourrait servir pour le nouveau débarcadère d’autobus, pas de problème de reboisement ni de millions de dollars dépensés en excavation et dynamitage pour encastrer un édifice de 9000 mètres carrés dans le roc sans compter les stationnements. En avant, le terrain est déjà prêt à recevoir les fondations, un réaménagement de l’entrée principale sera nécessaire, un édifice en forme de L ferait l’affaire en collant la glace principale sur le terrain synthétique, beaucoup mieux que scinder une forêt en deux et tenter de sauver la face en promettant de distribuer et planter de nouveaux arbres de 5 cm de diamètre à la base, c’est ce qu’on m’a laissé comprendre lors de la soirée de présentation du 20 mai dernier.
Il semble y avoir un peu plus d’ouverture d’esprit avec le nouveau C.A. de l’ OBNL, espérons que finalement on fera un projet qui rejoint l’ensemble de la population, ce qui n’est pas le cas présentement même si personne n’en parle. Je le répète, cette portion de terrain n’est pas adéquate à un projet de la sorte, révisez le rapport de carottage effectué en 2010 lors de l’agrandissement du centre sportif, en principe vous allez tout comprendre.
Vous voulez en sauver des millions, voilà une solution pour combler tout le monde et entrer dans les prévisions budgétaires.