L’apport historique des usines de textile de Magog reconnu par Ottawa

Par Dany Jacques
L’apport historique des usines de textile de Magog reconnu par Ottawa
Le dévoilement de la plaque commérorative a été animé par la représentante de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada, Yolande Cohen. (Photo : Le Reflet du Lac - Dany Jacques)

PATRIMOINE. Le gouvernement du Canada a souligné l’importance historique nationale des usines de textile de Magog avec le dévoilement symbolique d’une plaque, mercredi après-midi à l’Espace culturel de Magog.

Magog devient le second emplacement estrien à bénéficier d’une reconnaissance semblable. Le Lieu historique national Louis-S.-St-Laurent de Compton est le plus ancien lieu historique de la région géré par Parcs Canada.

La ministre des Sports et députée de Brome-Missisquoi, Pascale St-Onge, et la représentante de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada, Yolande Cohen, assistaient à la cérémonie en présence d’anciens travailleurs du textile, de gens du quartier et des représentants du Collectif du Quartier-des-Tisserands.

Mme St-Onge a rappelé que le complexe de textile a eu un véritable impact sur Magog et sur la vie des gens du voisinage. Pour elle, il était tout naturel de le souligner, car les usines de textile de Magog ont joué un rôle important dans la rationalisation de l’industrie cotonnière au 19e siècle au Canada. 

À titre d’ancienne syndicaliste, elle s’est fait un plaisir de mentionner que les travailleurs du textile de la région ont pris part au mouvement ouvrier du 20e siècle afin d’améliorer leurs conditions de travail. Ils ont formé des syndicats et ont tenu plusieurs grèves, tout en participant à l’importante grève provinciale du domaine de l’industrie québécoise du textile en 1937. «Votre mémoire mérite d’être perpétuée», a-t-elle exprimé.

La plaque commémore l’apport historique de milliers de travailleurs, qui ont notamment contribué à faire de l’usine de Magog la première au pays à imprimer des pièces de coton en 1884. Elle était la seule au Canada à imprimer ce type de textile jusqu’en 1889. Un sommet de 2300 personnes travaillaient à la Dominion Textile en 1943, sur une population totale de 13 000 habitants.

Nathalie Pelletier, mairesse de Magog, voit ce dévoilement de plaque comme un geste important, surtout après les fermetures de la CS Brooks en 2008 et de la Difco en 2011. «Aujourd’hui est un moment historique pour la Ville, et le conseil entend poursuivre sa collaboration avec les promoteurs pour revitaliser avec succès cette friche industrielle», s’engage-t-elle.

L’historien Serge Gaudreau a insisté pour dire que l’annonce d’aujourd’hui va au-delà d’une simple plaque. «La contribution des Magogois est immense et la Dominion Textile a été le fil conducteur, sans faire de mauvais jeu de mots, d’un grand pan de l’histoire locale, soulève-t-il. Plusieurs se rappelleront de bons souvenirs en passant devant la plaque.»

Elle a été installée devant le 270, rue Principale Est, lundi dernier (8 août).

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
trackback
L’apport historique des usines de textile de Magog reconnu par Ottawa – Canada
15 jours
Yves Bergeron
Yves Bergeron
14 jours

Il manque , malheureusement , a cet article , l’ essentiel..a savoir que cette plaque est l’un des résultats de plus de 3 ans des représentations du Collectif pour la Revitalisation du Quartier des Tisserands . . .