L’agrandissement du parc national du Mont-Orford passera bientôt sous la loupe du BAPE

Par Dany Jacques
L’agrandissement du parc national du Mont-Orford passera bientôt sous la loupe du BAPE
Le lac La Rouche à Racine demeurera une propriété privée au coeur du futur parc national du Mont-Orford. Cet enjeu sera sûrement discuté lors du passage du BAPE dans la région. (Photo : (gracieuseté - Pierre Dépôt))

Une quinzaine d’années après l’annonce de l’agrandissement du parc national du Mont-Orford, le gouvernement du Québec tiendra finalement des audiences publiques sur cette question au cours des prochaines semaines. Les dates seront bientôt dévoilées, mais on sait déjà que le mandat du BAPE est du 13 février au 30 juin 2023.

Le Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE) analysera les impacts de cet ajout de 45 kilomètres carrés au territoire actuel du parc. Les citoyens auront l’occasion d’exprimer leur appui et leurs préoccupations dans le cadre de cette consultation. Le BAPE déposera son rapport l’été prochain. Le gouvernement analysera par la suite les recommandations des commissaires du BAPE avant d’approuver l’agrandissement dès l’automne, le cas échéant.

Le député d’Orford, Gilles Bélanger, croit que l’agrandissement sera officiellement confirmé avant Noël 2023. Il ne croit pas qu’un vent d’opposition freinera ce projet qui évolue lentement depuis une quinzaine d’années. «Il y aura probablement des inquiétudes sur l’emplacement d’un camping ou d’un sentier de vélo de montagne en fonction des secteurs ciblés, par exemple, explique M. Bélanger. Rien pour compromettre de doubler la superficie du parc. «

M. Bélanger assure que des analyses ont déjà été réalisées pour vérifier, voire même réduire, les impacts d’activités sur la nature, comme les randonnées pédestres et alpines, ainsi que pour le camping et le vélo de montagne. «On ne veut pas instaurer trop d’activités, mais une offre bonifiée permettra de libérer les sentiers, les pavillons de services et les stationnements actuellement fort achalandés et situés dans le parc», estime-t-il.

Le potentiel est immense, aux dires de Gilles Bélanger. Il est convaincu que les sommets et la beauté du futur territoire attireront des gens de partout au Québec. «Le parc national du Mont-Orford est déjà l’un des plus achalandés au Québec avec quelque 750 000 visiteurs annuellement, détaille-t-il. Il atteindra facilement le million de personnes à son ouverture prévue en 2024.»

Le député d’Orford voit aussi d’un bon oeil les retombées économiques de ce projet d’agrandissement. Une évaluation réalisée en 2021 évalue les dépenses annuelles hors parc des visiteurs additionnels à 8,5 millions de dollars. Les retombées directes et indirectes générées par l’aménagement et la construction des installations sont estimées à 820 emplois et 85,2 M$ en PIB au Québec. La Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ) prévoit créer 39 postes après l’agrandissement confirmé.

Cette démarche a nécessité l’achat et l’expropriation de quelques propriétés situées dans les MRC du Val-Saint-François (Racine) et de Memphrémagog (Canton d’Orford). En mai 2022, les acquisitions immobilières destinées à l’agrandissement du parc étaient chiffrées à plus de 26 M$.

Tel que déjà mentionné, le lac La Rouche demeurera une propriété privée, même si ce plan d’eau se retrouvera presque au centre de l’agrandissement. Les citoyens Pierre et Jean-Guy Dépôt réclameront l’abolition de cette «anomalie» afin que ce lac soit intégré dans le parc. Pierre Dépôt proposera aussi l’intégration de terrains limitrophes au parc et en bordure de la route 141, au Canton d’Orford, avant que des condos ne s’y construisent.

Où consulter la documentation sur le projet?

La documentation sera disponible en version électronique dans le site Web du BAPE à compter de ce samedi 14 janvier. Des centres de consultation seront aussi ouverts dans la communauté. Les citoyennes et citoyens peuvent également communiquer avec le BAPE pour obtenir plus d’informations.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
21 jours

Attention! Tout cela est bien beau, mais il faut se souvenir que le petit bijou de parc du Mont Orford est le plus petit parc national du Québec et qu’il est très convoité. Il faut aussi se souvenir surtout que l’agrandissement a été proposé par Jean Charest sous les Libéraux et que c’était un cadeau empoisonné: Jean Charest voulait décapiter la montagne pour la donner au privé, rien de moins! Et il a failli réussir, si ce n’avait été de « S.O.S Orford » qui a défendu Orford (et qui a fait perdre à Jean Charest son comté). Donc attention! On ne voudrait pas que la CAQ au pouvoir nous refasse le même coup, c’est-à-dire nous enlever notre salon pour nous rallonger par en arrière la maison avec une chambre à coucher!
Une dernière chose inquiétante aussi: le député caquiste d’Orford, Gilles Bélanger, homme d’affaires devenu député, très peu enclin depuis le début de ses mandats à favoriser la protection de l’environnement, avait offert, avant d’entrer en politique, d’acheter le Mont Orford, rien de moins! Donc, attention! Il est à souhaiter que le député d’Orford voie à honorer ses obligations démocratiques et l’intégrité de notre parc national, qu’il fasse sa priorité de respecter le statut inviolable de bien public de notre Parc national. Sinon il pourrait lui arriver le même sort qu’à Jean Charest et perdre son comté.

Last edited 21 jours by Daniel Gagnon