La Société de conservation du Lac Lovering a 50 ans

Boris Chassagne, Initiative de journalisme local
La Société de conservation du Lac Lovering a 50 ans
Une activité spéciale a lieu ce samedi pour souligner les 50 ans de l’organisme. (Photo : gracieuseté – Jacques Courtemanche)

ENVIRONNEMENT. La Société de conservation du lac Lovering (SCLL) célèbre son 50e anniversaire et organise ce samedi (15 août), l’événement «On défile sur le lac!»

Les membres du conseil d’administration de la SCLL sont à pied d’œuvre depuis un an pour souligner ce 50e anniversaire. Les festivités commencent entre 9 h et 12 h avec l’activité «3 heures sans moteur». Le lac appartiendra alors aux amateurs de canots, kayaks, planche à pagaie, pédalos, planches à voile, du lac Lovering. La patrouille de la MRC veillera au respect des consignes.

Les organisateurs espèrent aussi former une chaîne longue de 5 km au centre du lac, vers midi. Puis, à la brunante vers 19 h, place aux pontons et autres bateaux motorisés, pour le défilé autour du lac. Notons que ces activités seront annulées en cas de fortes pluies ou de probabilités d’orages.

Célébrer la qualité de l’eau

Une large communauté d’intérêts s’est formée au fil des ans autour du lac Lovering, précise Lucie Borne qui est présidente la Société de conservation du lac Lovering. «On a plus de 900 membres actifs, dit-elle. On a la collaboration des deux Municipalités de Magog et du Canton de Stanstead. La MRC de Memphrémagog travaille beaucoup avec nous».

Une communauté qui prend racine en 1970, suite à l’initiative de pêcheurs et de riverains du secteur désireux de «protéger le lac et le territoire contre la pollution et pour que soient observées les lois de chasse et de pêche». La Société ensemence encore chaque année le lac Lovering de truites brunes.

La SCLL veille surtout à préserver la qualité de l’eau du lac. Elle œuvre à la revitalisation des berges, aux bonnes pratiques des amateurs de sports nautiques, au contrôle de la population de bernaches et à la caractérisation des berges.

«Au bout du lac, il y avait un dépotoir. On s’est occupés de la fermeture du site. On fait un suivi pour que la Municipalité s’occupe des fosses septiques. On est très actifs», ajoute Lucie Borne.

L’organisme s’est aussi associé à l’Alliance pour un programme national de gestion du myriophylle à épi et implanté un projet expérimental. La SCLL a par ailleurs planté des milliers d’arbres et d’arbustes afin de protéger les berges de l’érosion.

«On fête pour souligner l’engagement, depuis 50 ans, des artisans de la SCLL, pour se rappeler que la qualité de l’eau dont nous jouissons. Pour renouveler cet engagement si nous voulons léguer un lac en santé aux générations futures», de conclure Lucie Borne. (Le Reflet du Lac)

 

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Jean Dagenais
Jean Dagenais
1 année

Beau lac privé pour les riverains qui appartient à tous les Québécois