La Banque alimentaire conserve un fragile équilibre

Par Dany Jacques
La Banque alimentaire conserve un fragile équilibre
Michel Morisset préside la Banque alimentaire Memphrémagog. (Photo : Le Reflet du Lac - Dany Jacques)

COMMUNAUTAIRE. La Banque alimentaire Memphrémagog (BAM) réussit à trouver un équilibre malgré ses dépenses à la hausse et les besoins sans cesse croissants des familles vulnérables.

L’inflation galopante et la hausse de l’ensemble des coûts de la vie font bondir le nombre d’aides alimentaires. Ces dépannages ont grimpé de 250 à 300 par mois de juillet à août dernier. Il s’agit d’un important bond aux yeux de la direction de la BAM.

Cette demande à la hausse a cependant forcé la BAM à acheter des denrées pour bonifier sa quantité d’aliments donnés par les commerces et la population. De juillet à septembre dernier, l’organisme a dépensé de 1500 $ à 2000 $ par semaine pour s’approvisionner. Deux des 12 tonnes de denrées alimentaires distribuées par mois ont été payées à même les finances de la BAM.

«C’est immense pour un organisme sans but lucratif, observe le président Michel Morriset. Une chance qu’on a une bonne santé financière, mais on ne pourra fonctionner ainsi pendant de longs mois.»

M. Morriset apprécie donc l’arrivée des traditionnelles campagnes des Paniers de Noël, auxquelles la population répond toujours avec générosité. «Les dons du privé et les subventions des gouvernements nous aident grandement à renflouer les coffres et à mettre des denrées sur nos tablettes.»

La BAM sollicite de nouveau la générosité de la population à l’approche des Fêtes. Cependant, l’oganisme sait très bien que les besoins persisteront dès janvier. C’est dans ces périodes plus creuses que M. Morriset apprécie les contributions financières de mécènes et de fondations de la région. «J’ai déjà vu des gens nous remettre un chèque de 10 000 $ et un autre de 25 000 $, détaille le président de la BAM. C’est très généreux de leur part.»

Il suggère la prudence et la vigilance en ces temps d’incertitude économique. L’augmentation des prix à l’épicerie, de l’essence, des taux d’intérêt et des loyers le préoccupe. Sa formation d’économiste le rattrape lorsqu’il pense aux gens, aux familles et aux salariés qui auront de plus en plus de difficultés à joindre les deux bouts. «On réussit encore à les dépanner, mais on ne calcule même pas ceux qui ne nous connaissent pas ou qui hésitent à frapper à nos portes», s’inquiète-t-il.

Voilà pourquoi la BAM analyse la possibilité de mieux desservir deux autres zones vulnérables de la MRC de Memphrémagog. «On couvre assez bien Magog, mais pas des secteurs où les besoins sont grands comme à Stanstead et au Canton de Potton», termine-t-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
1 mois

C’est triste de voir les écarts de richesse en ce moment et comment les gens ont du mal à se nourrir, de plus en plus de Québécois recourant d’urgence aux banques alimentaires. Le gouvernement Legault et notre député d’Orford, Gilles Bélanger, ami du ministre, restent silencieux sur la question de la crise alimentaire et nous incite en plus à la sobriété énergétique, alors que leur côté ils font le party comme le ministre de l’Économie, de l’Innovation et de l’Énergie, Pierre Fitzgibbon, qui, apprend-on, ne s’est pas gêné pour participer en octobre à une partie de chasse au faisan en habits d’époque, en compagnie de millionnaires, sur une île privée du lac Memphrémagog. On dirait bien que ces hommes politiques, en pleine période de crise alimentaire, se moquent des difficultés des gens.

Last edited 1 mois by Daniel Gagnon