Investiture du PLC dans Brome-Missisquoi: la mairesse Vicki-May Hamm «surprise» par la tournure des événements

Par Pierre-Olivier Girard
Investiture du PLC dans Brome-Missisquoi: la mairesse Vicki-May Hamm «surprise» par la tournure des événements
La mairesse de Magog, Vicki-May Hamm. (Photo : Le Reflet du Lac – Pierre-Olivier Girard)

POLITIQUE. Alors que plusieurs la voyaient comme la remplaçante toute désignée de Lyne Bessette comme candidate dans Brome-Missisquoi aux prochaines élections fédérales, la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, admet avoir été surprise par la manière dont les choses ont été faites par le Parti libéral du Canada (PLC).

Moins de 24 h après que Lyne Bessette ait annoncé son départ de la politique au terme de son présent mandat, l’organisation convoquait les médias pour annoncer l’investiture de Pascale St-Onge. Une nomination qui s’est orchestrée sans élection.

«Le Parti libéral affirme que je faisais partie d’une liste de candidates potentielles. Mais j’ai appris en même temps que tout le monde que Lyne Bessette quittait. Et j’ai appris en même temps que tout le monde que la relève était déjà prévue», soutient Mme Hamm.

Un scénario «surprenant» aux yeux de la première magistrate puisqu’aux cours des dernières années, elle soutient avoir été souvent courtisée par la plupart des partis politiques, tant sur la scène fédérale que provinciale.

Et à son avis, elle n’est pas la seule à être étonnée par la tournure des événements. «Je suis inondé de messages de citoyens, de maires et d’élus depuis l’annonce du Parti. Les gens disent que ça n’a pas d’allure et que c’est un manque de respect, surtout en raison de mon parcours et mon travail au fédéral. D’autant plus que j’ai dit publiquement, plus d’une fois, que j’étais prête à relever un nouveau défi. Au moins, ces messages ont l’effet d’une grosse vague d’amour à mon égard et ça me touche énormément», confie-t-elle.

N’ayant jamais dévoilé ses allégeances politique sur la place publique, la mairesse refuse de se compromettre sur sa décision si le PLC lui avait demandé d’être de la course. «J’ai toujours dit que je voulais terminer mon mandat comme mairesse et faire une transition. Mais j’aurais au moins aimé avoir la chance d’y réfléchir», laisse-elle sous-entendre.

«Je pense qu’au minimum, les gens de la circonscription auraient aimé avoir une investiture et un débat. C’est la démocratie qui est un peu écorchée quand les choses sont faites comme ça, surtout que c’est le même scénario qui s’était produit lors du départ de Denis Paradis. Oui, ça laisse un petit goût amer, mais dans la vie, il n’y a rien qui arrive pour rien et je sais que d’autres opportunités vont se présenter», conclut Vicki-May Hamm.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
4 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Claire Garon
Claire Garon
1 année

Partisanerie,quand tu nous tiens!

Daniel
Daniel
1 année
Répondre à  Claire Garon

Qui oserait avoir des convictions politiques quand qu’on magasine des options de vie politique?

Ginette Paradis
Ginette Paradis
1 année

C’est dommage pour le Parti Libéral de se priver de ta compétence et ton expérience! Je te souhaite Le meilleure a venir après votre rôle de mairesse de Magog!

Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
1 année

C’est plutôt une belle surprise que la tournure des événements entourant cette nomination de Pascale St-Onge en remplacement de l’excellente Lyne Bessette dans Brome-Missisquoi.
En tant qu’ex-présidente de la Fédération nationale des communications et de la culture (FNCC-CSN), Pascale St-Onge, est beaucoup plus qualifiée que Madame Hamm pour nous représenter dans Brome-Missisquoi en vue des prochaines élections.
Pascale St-Onge est dans la lignée des syndicalistes célèbres Marchand, Charbonneau et compagnie qui ont pris le pouvoir au fédéral et au provincial.
Il est évident qu’il s’agit d’une importante nomination.
La mairesse de Magog n’a pas l’envergure ni un dossier comparable avec son bilan absolument décevant en tant que première magistrate si peu à l’écoute de la population.

Last edited 1 année by Daniel Gagnon