Incendie à Magog : bilan positif malgré des dégâts à la hausse

Par Dany Jacques
Incendie à Magog : bilan positif malgré des dégâts à la hausse
Bruno Giroux (chef aux opérations, Sécurité incendie), Yvon Lamontagne (conseiller municipal et président de la Commission de la sécurité publique), Sylvain Thomas (chef à la prévention, Division prévention et mesures d’urgence), Vicki-May Hamm (mairesse, Ville de Magog) et Sylvain Arteau (directeur, Sécurité incendie) dressent un bilan positif pour l’année 2018. (Photo : Le Reflet du Lac - Dany Jacques)

SÉCURITÉ. Le Service de sécurité incendie de Magog se dit satisfait de son bilan 2018 même si le dévastateur incendie d’octobre dernier au centre-ville à fait grimper la facture des dégâts matériels.

Les pertes monétaires attribuables aux incendies de l’an dernier s’élèvent à 3,5 millions de dollars, ce qui représente une hausse de 790 000 $ comparativement en 2017. C’est aussi le triple par rapport à 2016. «Ce montant provient en grande partie de l’important feu ayant eu lieu sur le rue Principale», explique le directeur Sylvain Arteau.

La mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, applaudit également le travail de cette équipe composée d’une quarantaine de pompiers. «Ce fut une grosse année avec une nouvelle caserne, un feu historique, de nouvelles procédures et des pompiers dorénavant à temps plein. Notre service de sécurité incendie a su s’adapter. Nous avons bien fait d’investir», insiste-t-elle.

Le temps de réponse moyen pour tous les secteurs couverts et pour tous les types d’appels (incendie et premiers répondants) demeure presque stable depuis trois ans. Il se chiffrait à 6 minutes et 45 secondes l’an dernier, soit 14 secondes de plus que l’année précédente.

«Notre temps de réponse est excellent. Il permet de sauver de nombreuses vies», insiste M. Arteau.

Le directeur est particulièrement fier du respect à 100 % d’une obligation légale, également appelée force de frappe, qui consiste à couvrir un incident en moins de dix minutes avec dix pompiers. «Certains croient qu’on sort souvent à plusieurs véhicules pour rien, mais nous sommes obligés de le faire de cette façon. Nous agissons également plus rapidement, si l’appel est plus grave que prévu», ajoute M. Arteau.

Ce dernier assure la population que l’objectif  des pompiers consiste notamment à toujours améliorer le temps de réponse. «On travaille fort, car nos délais risquent de s’allonger un peu au terme de 2019 en raison des travaux au centre-ville», prévient-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires