Immersion au cœur de la politique municipale

Par Patrick Trudeau
Immersion au cœur de la politique municipale
Sept participants composaient la 8e cohorte de la Commission jeunesse de Magog. De gauche à droite, on reconnaît Alice Bourdages, Ariane Lacharité, Ophélie Vigneault, Laurence Larouche, Anne-Sophie Richard, Jean-Thomas Bélair e Édouard Bélair.   (Photo : gracieuseté - Émile Phaneuf)

MAGOG. La Commission jeunesse de Magog contribuera-t-elle à créer de futurs membres du conseil municipal ou des citoyens politiquement impliqués?

C’est en tout cas ce que souhaite la mairesse de Magog, Nathalie Pelletier, après avoir côtoyé les sept participants de la Commission jeunesse de Magog, le 9 mai dernier.

Membres de la 8e cohorte de ce projet annuel, ces adolescents avaient la mission de se prononcer sur deux enjeux municipaux, dont le futur magasin de réemploi que la Ville compte mettre sur pied d’ici quelques années.

Les politiciens en herbe lui ont même trouvé un nom, le Memphrécolo, et ils proposent d’y annexer un café et un atelier de réparation, tout en impliquant davantage la population et les organismes partenaires.

Pour ce qui est de la culture – le 2e enjeu – la Commission jeunesse souhaiterait la rendre plus accessible et participative pour les adolescents. Les jeunes membres sont tous d’avis qu’il faille démocratiser l’art à Magog, par exemple à travers un festival de lumières, la fabrication de lanternes, des soirées à micro ouvert ou encore l’élaboration de graffitis dans des endroits publics désignés.

« Je suis impressionnée par les idées amenées par ces jeunes et j’espère les recroiser dans le paysage politique magogois dans les prochaines années », a exprimé Nathalie Pelletier, qui était accompagnée du conseiller Jean-Noël Leduc lors de cet exercice.

Notons que les recommandations de la Commission jeunesse seront officiellement déposées au conseil municipal lors de la séance publique du 16 mai.

Dans le passé, certaines de ces recommandations ont été concrétisées en projets pilotes et parfois même, en nouveaux règlements. Citons en exemple le projet de taxi pour les 12-17 ans ou encore l’autorisation d’utiliser les « longboards » sur la piste cyclable.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires