Explosion au CVA de Deauville: la victime magogoise prend du mieux

Par Dany Jacques
Explosion au CVA de Deauville: la victime magogoise prend du mieux
Le Magogois Vincent Hobbs-Dostie n'est plus dans le coma artificiel depuis quelques jours. (Photo : (Photo gracieuseté))

ACCIDENT. Le Magogois Vincent Hobbs-Dostie est l’un des trois plus importants blessés de l’explosion du Centre de valorisation de l’aliment à Deauville, survenue le 23 mars dernier. L’homme de 23 ans prend toutefois du mieux, a été retiré du coma artificiel et pourrait sortir de l’unité des grands brûlés du CHUM de Montréal d’ici quelques jours.

Son frère Mathieu apprécie la tournure des événements après avoir craint pour la vie et la santé de Vincent. «Il parle depuis quelques jours, il respire par lui-même et ses poumons sont nettoyés, raconte Mathieu. C’est un vrai guerrier, car il se souvient de tout et le moral est bon, tout en trouvant le moyen de rigoler avec nous.»

La famille sait toutefois que la convalescence risque d’être longue, en raison de brûlures aux premier et second degrés au visage et au torse, ainsi que plus sérieusement aux deux bras. Le retour au travail n’est évidemment pas pour demain. Voilà pourquoi son entourage a lancé une campagne de sociofinancement au gofundme.com en inscrivant «Aide financière Vincent».

1900 $ avaient été récoltés au moment d’écrire ces lignes. L’objectif consiste à aider la victime à surmonter cette épreuve. Les dons reçus serviront à payer ses frais médicaux, son logement et pour son confort une fois sorti de l’hôpital.

Les deux frères Hobbs-Dostie travaillaient pour l’entreprise Vertige Ferme Urbaine. Vincent était déjà au boulot au moment de la déflagration. Son frère Mathieu a été épargné, car son quart de travail débutait à 9 h, une trentaine de minutes après l’explosion. «Je voyais de la fumée au loin en demandant d’où ça venait, témoigne-t-il. Je suis devenu très inquiet quand j’ai vu l’endroit, l’état des lieux et en voyant mon frère partir en ambulance.»

État de santé de deux autres victimes

Deux autres blessés grièvement, Olivier Jean (entreprise Le Gars du Lac) et son partenaire d’affaires Stéphane Gagnon, demeurent hospitalisés à Montréal et à Québec, respectivement. Les brûlures sont sérieuses, mais leur état est stable et on ne craint plus pour leur vie.

Leur entourage a également déployé une campagne de financement pour les soutenir au gofundme.com via « Aide financière pour deux victimes du CVA ».

L’objectif est d’alléger le fardeau financier de ces deux jeunes familles de Sherbrooke. Près de 40 000 $ avaient été amassés pour Olivier Jean et Stéphane Gagnon au moment d’écrire ces ligne.

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Monique Poirier
Monique Poirier
3 mois

Peu de mot afin d’accompagner ces entrepreneurs.
Mon cœur d’entrepreneur me fait mal encore après une semaine.
Bon courage