Élections Magog: qui sont les candidats aux postes de conseiller municipal?

Par Pierre-Olivier Girard
Élections Magog: qui sont les candidats aux postes de conseiller municipal?
Salle du conseil municipal de Magog. (Photo : Le Reflet du Lac - Archives/Pierre-Olivier Girard)

ÉLECTIONS. À quelques heures du scrutin qui aura lieu demain (7 novembre), Le Reflet du Lac vous propose un bref aperçu de tous les candidats en liste pour un poste de conseiller municipal à la Ville de Magog.

 

District 1 (secteur Southière et versant ouest du lac Memphrémagog)

Ces deux nouveaux venus sur la scène politique municipale souhaitent succéder à Jean-François Rompré, qui sollicite plutôt un autre mandat dans le district 7.

Jayson Allaire est le frère de la mairesse sortante Vicki-May Hamm. Il dit connaître le district comme le fond de sa poche, y habitant presque depuis sa naissance il y a 43 ans. Il fait du bénévolat depuis son passage à La Ruche, et ce, jusqu’à aujourd’hui.

Il souhaite miser sur les besoins des familles, la mise en valeur des milieux naturels, l’accès aux soins de santé, l’accès à la propriété et l’accès aux espaces verts. Ses enjeux principaux sont la qualité de l’eau du lac Memphrémagog, la protection du ruisseau Castle, la cohabitation des usagers de la route 112, le réaménagement de la plage des Cantons et la réfection du pont rouge, etc.

 

Josée Beaudoin habite le district depuis 27 ans. Elle sollicite un siège à l’hôtel de ville après avoir fait du bénévolat, notamment, au Club de patinage artistique, au Salésien, à Voile Québec et auprès d’un organisme consacré aux familles monoparentales et recomposées. Elle est aujourd’hui membre de l’Ordre des sexologues du Québec après avoir suivi des formations en sciences de la nature et de programmeur analyste en bureautique.

Sa vision consiste à obtenir un développement, un environnement et un milieu de vie harmonieux, responsable et durable, tout en liant les enjeux économiques et environnementaux. Ses préoccupations touchent la qualité de l’eau du lac, la sédimentation du ruisseau Castle, l’envasement de la baie de Magog, la protection des espaces verts et la mobilité durable.

 

 

District 2 (secteur Merry Nord et autoroute 10)

Bertrand Bilodeau réside à Magog depuis sa naissance. Il vise un second mandat dans ce district. Il est retraité depuis neuf ans, après avoir travaillé 34 ans aux travaux publics et à la voirie de Magog. Il estime que son passage de 20 ans à titre de commissaire à la Commission scolaire des Sommets, dont 14 comme vice-président, lui donne une bonne expérience de gestion des deniers publics.

Il se considère comme un homme de terrain plutôt qu’un homme de discours. Il assure qu’il prendra toujours ses décisions en fonction de la capacité de payer des citoyens, en plus de connaître tous les rouages de l’administration municipale.

 

Josianne Jetté habite Magog depuis 13 ans. Elle s’est impliquée dans la communauté dans différentes sphères d’activités, comme les sports, le patrimoine, la culture et le militantisme politique. Elle entend également mettre à profit ses expertises de mère, d’archéologue et de travailleuse communautaire.

Sa candidature est motivée par le dicton: «si tu ne t’occupes pas de la politique, c’est la politique qui va s’occuper de toi». Ses enjeux sont le développement harmonieux de l’axe Merry Nord jusqu’à la sortie 118, incluant les critères économiques et environnementaux et de transport actif. Une protection accrue du marais de la rivière aux Cerises ainsi que le maintien de la mixité intergénérationnelle de son district figurent notamment dans son programme.

 

District 3 (secteur Omerville et Venise)

Kimberly Drew (31 ans) habite Magog depuis 2007. Cette mère de quatre enfants est issue d’une Première nation, Anishinaabe (Ojibway). Elle s’est déjà impliquée dans diverses organisations, comme au baseball mineur, à l’école de ses enfants et aux Correspondances d’Eastman. Elle se considère dynamique, authentique et sincère, prônant des valeurs familiales et d’altruisme.

Elle souhaite siéger sur le conseil pour que la Ville redevienne le reflet de la communauté. Cette candidate «indépendante» propose du changement pour que Magog retrouve son lustre d’antan, «qui donne envie aux gens d’y habiter». Elle s’engage à investir dans la précarité sociale, à donner plus de place aux familles, à encadrer un développement résidentiel de quartier, à mettre en valeur les parcs désuets, à promouvoir l’écologie et à améliorer la sécurité dans les rues.

 

Brigitte Lagacé est une designer d’intérieur possédant 34 années d’expérience dans le domaine. Cette Estrienne d’origine habite Magog depuis cinq ans. Avec ses études en administration et en design à l’Université de Sherbrooke, elle se propose notamment de revamper les rues d’Omerville pour attirer davantage de gens et stimuler le développement économique du district.

Elle se dit sensible à l’environnement, à la qualité de l’eau potable, aux rues plus éclairées et sécuritaires, aux routes plus carrossables, ainsi qu’à la création de logements abordables. La cause des aînés lui tient à cœur, autant sur les plans sociaux, de la santé et du transport collectif.

 

Jules Lalancette habite Magog depuis 2000. Ce gradué de l’Université d’Ottawa a notamment été responsable de l’approvisionnement et des services dans un département fédéral. Il y gérait un budget de 100 M$, en plus d’avoir fait partie de l’équipe de vérification des finances au même endroit.

Il propose son bagage pour surveiller les finances publiques et repousser toutes les dépenses frivoles. Il souhaite un avenir plus rose pour les enfants à Magog en plus de stimuler le secteur manufacturier afin de créer des emplois. Il sollicite un poste de conseiller pour que le secteur Omerville bénéficie des mêmes infrastructures (trottoirs, lumières, etc.) que les autres districts de Magog, surtout qu’il considère que son quartier a été négligé depuis la fusion avec la Ville.

 

Nathalie Laporte habite Omerville et y exerce le métier de coiffeuse depuis plus de 30 ans. Cette mère de 54 ans a trois enfants dans la vingtaine et a cumulé du bénévolat dans quelques organisations. Elle estime être bien placée pour relever le défi de succéder à Yvon Lamontagne, une de ses sources d’inspiration.

Elle apprécie la beauté et les attraits de sa ville, mais partage les inquiétudes de citoyens qui assistent «sans mot à un développement rapide». Elle propose plutôt un développement durable et sous contrôle, tout en respectant la capacité de payer des contribuables. Elle veut créer plus de logements sociaux, plus de maisons pour les familles, bien suivre les travaux de détournement des eaux usées et accorder un grand souci à l’environnement.

 

District 4 (secteur Saint-Jean-Bosco et parc industriel)

Samuel Côté est natif de Magog et y habite depuis 33 ans. Ce technicien ambulancier paramédic sollicite un second mandat, fort de son expérience des quatre dernières années. Il rappelle qu’il est le fondateur de la Corporation des événements de Magog, en plus d’avoir présidé quelques commissions comme celles des Loisirs, sports et communautaires, ainsi que la sécurité publique.

Parmi ses réalisations, il cible le stationnement gratuit pour les anciens combattants, la diminution du bruit à l’usine Bitfarms («réglé à 90 %»), la construction d’un trottoir sur la rue Sherbrooke et l’aménagement d’une piste multifonctionnelle sur la rue Mgr Racine. Il prévoit maintenant s’attaquer au parc Saint-Luc, à un sentier d’exercice pour aînés, à un corridor de marche sécuritaire, en plus de concrétiser des projets comme le skatepark et l’aréna.

 

Marc Delisle vit à Magog depuis 12 ans. Cet ancien candidat à la mairie de Magog (défait en 2017) vise cette fois-ci un siège de conseiller, fort d’une expérience professionnelle en ingénierie et en gestion de projet. Il souhaite apporter davantage de vision et de transparence à l’hôtel de ville, tout en consultant davantage la population.

Il assure ne pas être contre tous les projets. Il préfère apporter une approche plus technique pour analyser plus les dossiers. Il veut accorder une attention particulière à la dette et aux taxes municipales. Il suggère de faire payer les autres Municipalités de la MRC pour atténuer la facture des Magogois, en plus d’améliorer le déneigement, de synchroniser les feux de circulation sur la rue Sherbrooke et réduire le bruit à l’usine Bitfarms.

 

District 6 (secteur lac Lovering)

Jean-Noël Leduc est un villégiateur à Magog depuis 1980 et un résident permanent depuis 1999. Au cours de sa carrière, il a cumulé des emplois d’arpenteur, de contremaître, et de gérant de projets, en plus d’avoir été copropriétaire d’une entreprise de construction. Il est aussi un membre de longue date de la Société de conservation du lac Lovering. Il y a mené notamment des batailles contre l’érosion des rives, les cyanobactéries, le myriophylle à épi et l’agrandissement avorté du site d’enfouissement de déchets situé dans ce secteur.

Il entend trouver des solutions pour freiner l’envasement des plans d’eau, réduire les îlots de chaleur, planter des arbres sur les terres en friche et réduire les gaz à effet de serre.

 

Jessica Harvey-Auger habite Magog depuis 34 ans, et depuis l’âge de 5 ans au lac Lovering. Cette mère d’une fille de 8 ans veut redonner à la communauté et faire une différence après avoir fait du bénévolat depuis l’école secondaire. Elle a notamment consacré du temps au Relais pour la vie et comme vice-présidente du Club de gymnastique Dymagym.

Ces expériences de gestion lui permettront, à ses yeux, de combler le sentiment de négligence des gens du quartier face à la revitalisation du centre-ville. Elle espère plus pour son secteur sur les routes, pour la sécurité et la protection de l’environnement.

 

Michael Mouland habite Magog depuis 15 ans. Cet homme de 53 ans a deux enfants. Il travaille dans le secteur des hautes technologies depuis environ 20 ans. Il se considère comme un homme de résultats et expérimenté avec le public. Son objectif consiste à dorloter davantage son district, surtout depuis les millions investis au centre-ville.

 

District 7 (secteur centre-ville)

Jean-François Rompré est natif de Magog. Il sollicite un second mandat au conseil municipal après avoir représenté les électeurs du district 1 (Southière) au cours des quatre dernières années. Il entend profiter de son expérience en politique municipale et de ses 19 années dans les affaires (construction et restauration) pour stimuler le développement économique du centre-ville.

Il est convaincu qu’il est possible d’allier expansion et respect du cadre bâti, de l’environnement et du patrimoine. Il préfère générer des revenus fiscaux supplémentaires grâce au développement économique, plutôt qu’en augmentant les taxes.

Ses priorités dans le quartier sont un développement harmonieux au centre-ville, la réfection du parc des Braves, la déviation de la piste cyclable face au McDonald’s et le futur skatepark.

M Rompré a notamment présidé les Commissions de développement économique, du développement du territoire, en plus des comités jeunesse et d’urbanisme (CCU).

 

Gérard Verschaeve est un résident de Magog depuis 15 ans. Cet auteur-compositeur-interprète possède aussi petite entreprise d’objets en bois. Ses engagements communautaires ont notamment été consacrés dans des camps de jour, à la Coop du Grand-Bois de Saint-Étienne-de-Bolton ainsi qu’au conseil d’établissement de La Ruche.

Il insiste sur le fait que son district est beaucoup plus que le centre-ville. Il espère y conserver la nature des acquis intégrant déjà différentes générations ainsi que des architectures du présent et du passé. Il croit inévitable le développement du centre-ville, mais il juge nécessaire de l’encadrer davantage pour contrôler des irritants comme une circulation accrue, des problèmes de sédimentation au ruisseau Castle, un surachalandage sur la rivière aux Cerises et la croissance des locations à court terme. «L’expansion doit améliorer le bien-être des gens, pas l’inverse», prévient-il.

 

District 5 (secteur Tisserands et aréna)

Sébastien Bélair a été élu par acclamation, faute d’opposition le 1er octobre dernier. Il succède à Nathalie Bélanger, celle qui avait battu M. Bélair à sa première tentative en politique active en 2013. Ce père de quatre enfants misera cette fois-ci sur son expérience en affaire et sur sa longue feuille de route comme bénévole (CPE, Maison des jeunes, conseil d’établissement scolaire, Tournoi atome pee-wee, etc.) pour bien représenter les électeurs.

Son objectif consiste à ce que la Ville redevienne rayonnante et qui bouge comme avant. Il souhaite contribuer à la création d’emplois stimulants, à accueillir davantage de familles et à «travailler au développement économique sans négliger l’environnement».

 

District 8 (secteur Bowen et La Ruche)

Jacques Laurendeau a été réélu par acclamation pour un sixième mandat au conseil municipal. Cet homme de 64 ans sera de nouveau le doyen à l’hôtel de ville avec ses presque 20 ans d’expérience autour de la table.

Il compte poursuivre ses nombreux engagements au sein des comités et commissions municipales. Il suivra également attentivement les prochains dossiers majeurs comme ceux de l’aréna, de la restauration de l’ancienne Dominion Textile et l’amélioration de l’état des rues. Le respect des règles en place sera au cœur de ses décisions en ce qui concerne les prochains projets immobiliers.

 

 

NDLR : Merci à NousTV et à la Ville de Magog pour la collaboration à ce reportage.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires