Le promoteur des Berges d’Hatley supprime un immeuble et donne la piste cyclable

Par Dany Jacques
Le promoteur des Berges d’Hatley supprime un immeuble et donne la piste cyclable
Le promoteur des Berges d'Hatley, Patrick Crépeau. (Photo : (Photo Le Reflet du Lac - Dany Jacques))

IMMOBILIER. Des rues plus courtes, retrait d’un immeuble, don de la piste cyclable et protection d’une bande boisée minimale de 33 pieds en bordure du lien cyclable figurent notamment dans la version bonifiée et présentée à la Ville par le promoteur des Berges d’Hatley, Patrick Crépeau.

Par voie de communiqué, il présente sa sixième version du projet domiciliaire souhaité sur la rue de Hatley à Magog. En raison d’une vive opposition et de préoccupations environnementales de la part de citoyens, il abaisse le nombre d’immeubles à 16 et le nombre de logements de 102 à 96 portes.

Pour contrer les îlots de chaleur, M. Crépeau annonce qu’il retire 174 mètres sur la longueur totale des trois rues à construire. Comme déjà demandé à la Ville, il maintient les 48 stationnements de moins en raison de 1,5 case au lieu des habituels deux espaces par unité de logement.

L’avenir de la piste cyclable inquiète aussi bon nombre de citoyens et d’usagers, surtout qu’une bonne partie de ce corridor appartient à M. Crépeau et qu’il n’existe même pas de servitude pour protéger son accès aux citoyens. Il propose de céder la piste à la Ville en plus de protéger une zone boisée de 33 pieds en bordure du sentier via une servitude de non-déboisement et un don de terrain. Il prévoit aussi éloigner les bâtiments le plus possible de la piste cyclable.

M. Crépeau souhaite également protéger les milieux humides et les espaces verts. Pour ce faire, il s’engage à protéger à 100 % le milieu humide à forte valeur écologique (marécage) en plus d’en céder une partie à la Ville. Principalement situés près de la rivière Magog, des espaces verts d’intérêt équivalant à 11,5 % de la superficie du terrain seront cédés à la Ville. « C’est davantage que le 10 % indiqué dans la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme », détaille-t-il.

Le promoteur assure que « ces logements intermédiaires » seront destinés à la « classe moyenne ».

« Nous avons fait le maximum pour atteindre un point d’équilibre entre nos droits comme promoteur et propriétaire d’un terrain résidentiel, la protection environnementale et l’accessibilité aux logements, ce dernier étant un enjeu majeur à Magog, résume Patrick Crépeau. Il s’agit d’un développement responsable en matière de densification urbaine et d’un projet qui est situé dans une zone prioritaire de développement et conforme aux règlements en place. »

Une rencontre publique aura bientôt lieu pour présenter le projet aux citoyens.

Une marche des opposants sur la piste cyclable

Une marche pacifique de citoyens aura lieu ce samedi 28 mai à 15 h, avec un départ de la rampe de mise à l’eau de la rivière Magog. L’objectif des opposants consiste à manifester le désaccord des citoyens face à ce projet immobilier. La population est invitée en grand nombre.

Info : rose.marie12@hotmail.ca

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
1 mois

C’est un signal que les promoteurs peuvent entendre un peu les critiques et être sensibles aux besoins de la population et prendre conscience qu’ils ne peuvent pas mener le jeu sans être inquiétés ni qu’ils peuvent impunément envahir nos espaces vitaux. Il faut continuer. Il s’agit trop d’enjeux cruciaux dans l’urgence climatique pour qu’on laisse aller au diable notre besoin d’une vie saine et d’une santé globale dans un environnement sain. Il faut continuer, comme citoyens et citoyennes, de nous en occuper, de prendre parti, de prendre position et de ne pas laisser nos espaces verts disparaître sous nos yeux, car les élus n’ont pas toujours la volonté politique de contrer la dégradation de nos habitats naturels, mis en danger en raison de l’activité humaine et des projets immobiliers basés sur le seul profit d’investisseurs souvent peu préoccupés des enjeux cruciaux des changements climatiques…

Last edited 1 mois by Daniel Gagnon