Deux députées libérales de passage au lac Memphrémagog

Par Pierre-Olivier Girard
Deux députées libérales de passage au lac Memphrémagog
Le président du MCI, Robert Benoit (au centre), accompagne ici deux députées libérales de passage au lac Memphrémagog, soit Marie-Claude Nichols et Isabelle Melançon. (Photo : Le Reflet du Lac – Dany Jacques)

ENVIRONNEMENT. Dans le cadre d’une tournée quasi préélectorale, deux députées libérales du Québec ont discuté environnement avec le groupe Memphrémagog Conservation Inc. (MCI), mardi dernier.

Isabelle Melançon, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’environnement et de condition féminine, et Marie-Claude Nichols, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’affaires municipales et habitation, ont notamment écouté les préoccupations du MCI. Une quinzaine d’autres députés de la même formation politique effectuaient une tournée semblable dans le cadre d’un caucus libéral tenu dans la région.

Selon Mme Melançon, l’environnement sera un enjeu très important dans la prochaine plateforme électorale du Parti libéral, et ce, en prévision des élections provinciales dans environ douze mois. «La santé du lac Memphrémagog est très importante, voilà pourquoi nous écoutons attentivement les préoccupations du MCI concernant les enjeux environnementaux du dépotoir de Coventry, du phosphore et du futur Schéma d’aménagement de la MRC de Memphrémagog», explique-t-elle.

Ces deux élues se considèrent comme la voix des citoyens afin de faire bouger les choses parfois plus rapidement. Mme Melançon cite l’exemple de son allocution à l’Assemblée nationale portant sur le dynamitage d’une route sur le flanc ouest du mont Owl’s Head, en mai dernier. «Le gouvernement se traînait les pieds, mais le ministère de l’Environnement est débarqué sur le terrain dès le lendemain de mon intervention», observe Mme Melançon.

La directrice générale du MCI, Ariane Orjikh, a profité du passage des parlementaires pour réclamer une meilleure cohésion dans les dossiers environnementaux entre les groupes sur le terrain et les ministères. Elle envie le Vermont où les normes, les objectifs et les actions sont plus claires, concrètes et précises qu’au Québec. «Même les lois sont plus contraignantes», lance-t-elle.

Par ailleurs, Mmes Nichols et Melançon prévoient identifier des candidats libéraux estriens d’ici quelques mois, incluant le comté d’Orford actuellement occupé par le caquiste Gilles Bélanger.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
1 année

La directrice générale du Memphrémagog Conservation, Ariane Orjikh,  a raison de s’inquiéter de l’inertie du Québec dans le dossier du jus de poubelle qui infecte notre lac.

C’est gênant de voir le gouvernement cacquiste ne pas prendre au sérieux l’urgence vitale d’assainir notre majestueux lac Memphrémagog, source d’eau potable pour 175,000 personnes.

Nos voisins du Sud au Vermont ont des normes plus contraignantes et ils se soucient de réglementer clairement la santé du lac. Ils sont plus sérieux que nous.

Daniel Auger
Daniel Auger
11 mois

Les libéraux avec leurs belles promesses. C’est facile lorsqu’on est dans l’opposition. Sous Couillard et Charest, l’environnement, on n’en avait rien à cirer. Il faut encore que ce soit des citoyens et des organismes de protection de l’environnement qui devront s’en occuper avec l’épuisement que cela amène. C’est bien triste pour les générations à venir.