Des pancartes confisquées par la Ville de Magog font mal au marché public

Par Pierre-Olivier Girard
Des pancartes confisquées par la Ville de Magog font mal au marché public
Le marché public de Magog accueille entre 1000 et 1500 visiteurs par week-end.

RÉGLEMENTATION. Le marché public de Magog a vécu ses premiers moments difficiles de la saison, le 7 octobre dernier, avec une baisse d’achalandage marquée. Une situation que les organisateurs attribuent au fait que leurs pancartes ont été confisquées, sans préavis, par la Ville de Magog. Comme c’est le cas tous les vendredis précédant la tenue d’un marché, les organisateurs avaient installé plusieurs pancartes le long de la route 112, de même qu’aux entrées de ville, pour annoncer la tenue de l’événement. Comme l’explique l’un des responsables du Marché, Jean-Philippe Guy, le but de cette initiative est surtout de faciliter l’accès aux visiteurs en indiquant, à l’aide de flèches, la direction à emprunter pour se rendre à la plage des Cantons. «Les gens de la place savent où est la plage des Cantons, mais pour les touristes, c’est un endroit qui n’est pas connu, explique M. Guy. Et pour s’y rendre, disons que c’est très mal indiqué. C’est pour cette raison qu’on a décidé d’installer des pancartes qui étaient toujours retirées une fois l’événement terminé.» Toutefois, les organisateurs ont eu une bien mauvaise surprise lorsqu’ils ont appris que la Ville de Magog avait retiré leur matériel en raison du non-respect de la réglementation municipale à l’égard de l’affichage. Selon Jean-Philippe Guy, la Municipalité aurait reçu une plainte dont la provenance, évidemment, demeure confidentielle. Résultat: le Marché a connu son week-end le moins achalandé de la saison. «On a en moyenne de 1000 à 1500 visiteurs et cette fois-là, on en a eu le tiers, déplore-t-il. C’est la première fois que les producteurs se plaignaient d’avoir fait de mauvaises ventes. C’est frustrant, car on a eu un été exceptionnel et voilà, qu’en raison d’un problème hors de notre contrôle, on va terminer notre saison en queue de poisson, en risquant de perdre des producteurs pour l’an prochain.» Si la Ville de Magog ne remédie pas à la situation ou ne donne pas aux organisateurs plus de flexibilité dans l’affichage, M. Guy doute que la plage des Cantons demeure le bon emplacement. «Nous sommes une organisation 100% bénévole. Personne n’a envie de travailler dans le vide en restant à un endroit qui, sans une bonne signalisation, ne fonctionnera pas. Tant qu’à faire, on préfèrerait déménager sur un autre terrain comme à la pointe Cabana, où il n’y aurait pas de problème de visibilité», laisse-t-il entendre. Notons que le dernier marché public de l’année aura lieu le 21 octobre prochain, de 10 h à 14 h. Pour plus d’information: marchepublicmagog.com

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Lynda
Lynda
4 années

C est bien Magog ca !! Toujours mettre les bâtons dans les roues !!

Jacqueline G.Lacasse
Jacqueline G.Lacasse
4 années

Dommage cette attitude! On veut inciter les gens à acheter local alors pourquoi de petites pancartes dérangent le temps de quelques heures? Ne pourrions-nous pas encourager nos producteurs locaux au lieu de s’arrêter à une réglementation municipale sur l’affichage?