Des cours pour manger santé, sans se casser la tête

Par Pierre-Olivier Girard
Des cours pour manger santé, sans se casser la tête
Marélie et Étienne Paquette-Prévost s'amusent à aider les gens qui souhaitent changer leurs habitudes alimentaires. (Photo : gracieuseté)

ALIMENTATION. Après avoir été aux commandes du premier «foodtruck» végane au Québec, un duo frère et sœur prend la route du Web, en lançant un projet de cours de cuisine pour aider les gens à manger plus santé.

Marélie et Étienne Paquette-Prévost ont lancé dernièrement une campagne de sociofinancement, avec un objectif de recueillir 15 000 $. L’argent leur permettra de concrétiser leur projet, qui consiste à réaliser des capsules informatives sur la cuisine santé, baptisées «Kilukru», qui seront disponibles sur Internet.

«On prend en charge le projet de A à Z. On a donc besoin d’acheter de l’équipement, comme une bonne caméra, et tout ce qu’il faut pour produire les épisodes, raconte Étienne. C’est important de fournir du bon contenu visuel, car si ça n’a pas l’air alléchant, les gens passeront vite à autre chose.»

 

Pas si compliqué de bien manger

Même s’ils ont une expertise dans l’alimentation végane, pour avoir notamment concocté le menu du restaurant Belania d’amour à Orford, leur vision va bien au-delà de cette philosophie.

Ils veulent proposer des solutions simples pour mieux se nourrir ou réduire sa consommation de viande ou de produits animaliers. «La tendance actuelle prône la consommation de soya ou de produits hautement transformés, ce qui n’est pas nécessairement meilleur, poursuit pour sa part Marélie. Nous, au contraire, on mise sur des ingrédients naturels, locaux, qui sont accessibles à tous. Nos recettes sont sans gluten, sans lactose, sans soya et sans les principaux allergènes, à l’exception des noix.»

Au-delà d’adopter de saines habitudes, les deux entrepreneurs misent sur le plaisir d’apprendre, avec des plats agréables à manger et faciles à préparer. «Bien souvent, les recettes «santé» sur le web sont peu goûteuses, ni satisfaisantes. Les gens l’essaient une fois et se disent que ce n’est pas fait pour eux», constatent-ils.

«C’est là que nous voulons nous démarquer. L’idée n’est pas d’imposer notre vision et de dire aux gens quoi faire. On leur donne plutôt des conseils pour changer leurs habitudes à leur rythme. Et c’est possible de le faire dans la simplicité, le bonheur et à un coût très raisonnable.»

Il est possible de s’inscrire à un cours, tout en contribuant à leur campagne, en se rendant à l’adresse suivante: laruchequebec.com

 

Une relation tissée serrée

Certains diront que les affaires et la famille ne font pas bon ménage, mais pour Marélie et Étienne, leur histoire indique tout le contraire. Ils soutiennent d’ailleurs que leur complicité naturelle est au cœur de leur succès, eux qui habitent même encore aujourd’hui sous le même toit. «Avant de faire le saut en affaires, nous nous sommes placés dans des situations extrêmes pour tester notre capacité à travailler et vivre ensemble. On a vendu des sapins à New York durant 40 jours consécutifs, voyagé deux mois avec notre sac à dos en Colombie, pour finir en Colombie-Britannique à cueillir des petits fruits pendant trois mois.»

«De cette façon, quand ça va moins bien, ce n’est jamais bien grave comparativement à ce que nous avons déjà vécu!», concluent-ils.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires