Régie de police de Memphrémagog: le budget atteint les 10 M$

Régie de police de Memphrémagog: le budget atteint les 10 M$

Guy Roy assure la direction générale de la Régie de police Memphrémagog depuis dix ans.

Crédit photo : (Photo Le Reflet du Lac - Pierre-Olivier Girard)

SÉCURITÉ. Pour la première fois de son histoire, le coût de la Régie de police Memphrémagog (RPM) atteindra la barre des 10 millions de dollars pour les quatre municipalités membres que sont Magog, Canton d’Orford, Austin et Sainte-Catherine-de-Hatley.

Le directeur général de la RPM depuis dix ans, Guy Roy, relativise l’impact sur le portefeuille des contribuables, surtout que le budget de cet organisme croît sensiblement au même rythme que celui des municipalités (environ 2% à la hausse par année).

En plus d’un service de proximité, il précise que le budget est géré de façon si serré que la RPM n’aucun déficit, ni surplus accumulés. «Même notre unique dette d’environ 3 M$ du quartier général du chemin Southière, soit l’équivalent d’une hypothèque, se terminera en 2029. Même le déficit actuariel de 600 000 $ de notre fonds de pension a récemment été épongé», se réjouit-il.

Le budget 2019 a été adopté en septembre afin que les Municipalités l’obtiennent avant leur propre budget de décembre.

Les revenus de la RPM proviennent essentiellement de la quote-part des municipalités (8,6 M$) et de la récolte des amendes reliées aux billets d’infraction (1 M$).

M. Roy signale que la récolte des tickets n’est pas une vache à lait, comme le véhicule la croyance populaire. Selon lui, le million de dollars associé aux amendes est presque le même montant année après année depuis 2009. «Il est faux de prétendre qu’on donne de plus en plus de tickets, car nous distribuons environ annuellement 7200 billets d’infraction depuis quelques années. C’est une statistique très stable», assure-t-il.

Quant au volet des dépenses, la majorité provient des salaires avec 8 M$, ce qui représente 80% du budget. Pour leur part, les dépenses associées à l’achat, à l’entretien et à la réparation des véhicules se chiffrent à environ 400 000 $ annuellement.

Poster un Commentaire

avatar