Être propriétaire : quel est le coût annuel d’une maison?

PUBLIREPORTAGE
Être propriétaire : quel est le coût annuel d’une maison?

Le passage de locataire à propriétaire est habituellement considéré comme un investissement : en achetant une propriété, vous obtenez un bien immobilier qui gagne de la valeur avec le temps. Cependant, l’achat d’une maison entraîne des dépenses auxquelles on ne pense pas tout le temps lorsqu’on est locataire. Par année, qu’est-ce que cela peut représenter comme frais supplémentaires? Voici un tour d’horizon des coûts annuels liés à la propriété.

Les taxes, des frais à ne pas négliger

Lorsqu’on est locataire, les taxes municipales et scolaires ne sont pas un souci : c’est au propriétaire de l’immeuble à les payer, même si elles sont calculées dans le coût du loyer. En devenant propriétaire, on doit dorénavant payer cette charge, qui s’élève habituellement à plusieurs centaines de dollars par année. Le calcul des taxes foncières est basé sur la valeur de la propriété : plus la maison vaut cher, plus les taxes sont élevées!

Les taxes scolaires et municipales dépendent de chaque ville et des services inclus. Certaines municipalités peuvent exiger des frais supplémentaires, notamment pour des améliorations locales (on appelle alors cette taxe « de secteur »).

De plus, certaines taxes s’appliquent une seule fois, à l’achat de la maison. Si vous achetez une propriété neuve, la TPS et la TVQ s’appliquent. Dans certains cas, le constructeur peut vous rembourser ces taxes en fonction de critères précis (voir à ce sujet la calculatrice de taxes et les critères d’admissibilité sur le site de l’APCHQ).

Enfin, dans tous les cas, que ce soit une maison neuve ou pas, vous devrez payer la fameuse « taxe de bienvenue ». Il s’agit en fait des droits de mutation immobilière, qui s’appliquent à la majorité des transferts de propriété et qui sont aux frais de l’acheteur. Payable une seule fois, lorsque l’achat est complété, cette taxe doit être incluse dans le budget d’achat et de dépenses liées à la propriété. À tout cela s’ajoute aussi l’inspection préachat. C’est à ne pas négliger!

Les frais liés à l’achat et au déménagement

Parlant de dépenses d’importance liées à l’achat, le déménagement et les frais de notaire doivent aussi être considérés. Pensez au coût d’embauche d’une compagnie de déménagement, qui varie selon la date d’emménagement, la quantité de biens que vous avez, la distance à parcourir et le nombre d’heures requis pour effectuer le déménagement, en plus d’un potentiel entretien ménager si vous souhaitez déléguer cette tâche à des professionnels. De même, la location d’un camion et les assurances pour couvrir un véhicule loué, en plus de l’essence et du coût au kilométrage, doit être estimée. Et ce, sans compter les honoraires du notaire pour l’acte de vente, l’acte hypothécaire et l’inscription de la propriété au Registre foncier. On compte en moyenne autour de 1000 $ pour ces services notariés. Et on n’a pas encore parlé de la peinture et des rénovations mineures à effectuer lors de l’emménagement!

L’hypothèque : entre capital et intérêts

Les paiements hypothécaires ne sont pas la seule dépense mensuelle liée à l’achat d’une maison : ceux-ci dépendent bien entendu du capital déboursé à l’achat (la mise de fonds) et donc du capital emprunté, ainsi que du taux d’intérêt (fixe ou variable) et, si cela s’applique, de l’assurance prêt hypothécaire contractée auprès de la SCHL.

On doit aussi comptabiliser dans ce poste le potentiel remboursement du REER, si vous avez opté pour le régime d’accession à la propriété (RAP) afin de vous aider à financer votre première propriété. Ce remboursement est exigible dès la deuxième année suivant le retrait et doit être complété en 15 ans maximum.

N’oublions pas qu’il est aussi conseillé de souscrire une assurance prêt qui couvre les paiements hypothécaires en cas de décès, d’invalidité ou de maladie grave, dont le montant peut s’élever à quelques centaines de dollars par mois.

Les dépenses d’entretien

Les gouttières, la cheminée, le déneigement du stationnement, le déneigement du toit : toutes des dépenses qui ne viennent pas forcément à l’esprit d’un locataire quand vient le temps d’envisager la propriété. Et ces dépenses peuvent vite s’accumuler! On pense aussi à l’entretien ménager, que ce soit de façon régulière ou pour des travaux ponctuels, et à l’entretien du terrain (travaux paysagers, tondeuse, désherbage, etc.). Et on n’oublie pas de budgéter la « quincaillerie » : tout ce qui est nécessaire pour garder sa maison en bon état, comme les outils, le matériel (peinture, petites rénovations ou améliorations), les produits d’entretien, etc.

Les coûts mensuels

Que votre location actuelle inclue ou non le chauffage et l’électricité, il est important de ne pas oublier d’ajouter ces deux dépenses à un éventuel budget de propriétaire, en plus de la téléphonie et du câble. Une maison coûte habituellement plus cher d’électricité et de chauffage, en raison de la superficie. Afin d’estimer les coûts de la facture d’électricité d’une propriété donnée ou alors pour calculer la consommation de vos appareils, vous pouvez utiliser les ressources disponibles sur le site d’Hydro-Québec.

L’assurance habitation

Élément essentiel pour la protection d’une maison et des biens qu’elle contient, l’assurance habitation diffère en coûts et en couvertures selon qu’on est locataire ou propriétaire. L’assurance habitation pour propriétaires, , selon les caractéristiques de la maison. Il s’agit alors d’un investissement dans la paix d’esprit!

L’essentiel coussin en cas d’urgence

Enfin, avez-vous pensé à ce que vous feriez si votre chauffe-eau lâchait, ou si une réparation urgente devait être faite? Être prêt à faire face à un imprévu financier est essentiel lorsqu’on devient propriétaire. Il faut avoir un « coussin », soit des liquidités de côté pour éviter de s’endetter advenant une mauvaise surprise. Ce montant varie selon la capacité financière et d’emprunt de chaque propriétaire; il convient donc de vous assurer que vous ne serez pas pris au dépourvu si votre sécheuse refuse de démarrer de bon matin!

Maintenant que vous avez un portrait juste de la situation, vous pouvez sortir votre calculatrice et mieux établir votre budget d’achat et d’entretien d’une maison. Parce qu’un propriétaire averti en vaut deux, vous serez en meilleure position pour déterminer si l’achat est une bonne option pour vous, ou si la location demeure financièrement plus viable à long terme dans votre situation. L’important n’est pas forcément d’acheter ou de louer, mais de prendre sa décision selon son budget!

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires