Hauteur des bâtiments au centre-ville: la mairesse estime qu’il s’agit du «meilleur des compromis»

Par Dany Jacques
Hauteur des bâtiments au centre-ville: la mairesse estime qu’il s’agit du «meilleur des compromis»
(Photo : gracieuseté)

RÈGLEMENT. La mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, voit la modification des règlements concernant la hauteur des bâtiments et la location à court terme au centre-ville, incluant le projet de construction sur le terrain de l’ancien Rossy, comme «le meilleur des compromis».

Selon elle, la hauteur des bâtiments sera fixée à 12 mètres et trois étages si ces résolutions franchissent l’étape finale du 5 juillet prochain. «On abaisse même la hauteur actuellement permise sur une grande partie du centre-ville, explique-t-elle. Les promoteurs qui souhaitent augmenter à 13,5 mètres et un quatrième étage en retrait devront en faire la demande et passer à travers une analyse plus poussée appelée PPCMOI.»

Les nombreux commentaires reçus ont poussé les élus à modifier ce second projet de règlement. Les deux bâtiments voisins du parc des Braves sont d’abord exclus de la liste des édifices dont la hauteur pourrait être portée à 13,5 mètres et quatre étages.

Une autre modification touche l’hébergement commercial. On y ajoute une limite de 50 logements existants maximum au centre-ville qui pourront se transformer en location à court terme. Les nouvelles constructions, comme le projet à l’ancien Rossy, auront toutefois l’autorisation de louer des logements via des plateformes de type Airbnb.

Les projets de règlement sur la hauteur et l’hébergement commercial ont été adoptés à l’unanimité, lundi dernier. Les plans du promoteur William Belval pour le 494, rue Principale ouest, ont, pour leurs parts, été entérinés sur division. La mairesse a une fois de plus voté en faveur pour trancher le débat.

Les gens qui s’opposent à ces règlements peuvent demander l’ouverture d’un registre avant le 16 juin. La date finale d’approbation est, pour l’instant, prévue le 5 juillet.

Information supplémentaire à l’hôtel de ville ou dans la section «Avis publics» du site web de la Municipalité.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
9 jours

Attention, danger, l’argent fuit et coule à grands flots à la Ville de Magog!

Au sujet des laisser-faire et des passe-droits de la mairie de Magog, nous apprenons dans « Le Reflet du lac » que cette mairie accorde une subvention de 250,000 dollars, « après avoir déjà remis 550,000 dollars » (oui, vous avez bien lu) à Magog Technopole dans le bâtiment Custeau. Inquiétant, non?

Il faut féliciter le conseiller Yvon Lamontagne, le seul courageux conseiller à dénoncer cette subvention exagérée et indécente, surtout quand on pense que la Ville de Magog a honteusement haussé les loyers de nos organismes de bienfaisance et ne fait strictement rien pour l’environnement et les poches de pauvreté dans notre ville de Magog.

Yvon Lamontagne a été le seul brave et valeureux conseiller à parler. Il faut l’encourager dans son opposition et lui dire un beau bravo. Nous n’avons pas vraiment d’opposition au Conseil municipal, c’est un grave problème, souhaitons que Nathalie Pelletier qui se présente à la mairie puisse renverser ces subventions amies puisées directement dans nos poches de citoyens et citoyennes!

Voici ce que dit clairement et avec courage le conseiller Yvon Lamontagne, dans sa volonté de plus de transparence contre cette marie opaque :

« C’est illogique, surtout qu’on a vendu un terrain au Groupe Custeau à un prix d’ami, qu’on s’implique dans un bail de dix ans et qu’on accorde des congés de taxes à cette même compagnie », déplore-il.

Bravo, au moins quelqu’un à la Ville de Magog qui s’occupe de nos intérêts et s’inquiète de voir à la mairie cette hémorragie d’argent qui fuit à prix d’ami et à même nos taxes de citoyens et citoyennes.

Souhaitons de tout coeur un changement et une administration plus saine à la Ville.

Aux prochaines élections, votons pour Nathalie Pelletier (pas Bélanger)!