Une policière retraitée aurait martyrisé un déficient intellectuel à Magog

Par Pierre-Olivier Girard
Une policière retraitée aurait martyrisé un déficient intellectuel à Magog
(Photo : Le Reflet du Lac - Archives/Denis Germain))

JUSTICE. Un possible cas grave de maltraitance survenu à Magog est actuellement devant les tribunaux, alors que la policière retraitée, Danielle Guénette, fait face à plusieurs accusations dont séquestration, fraude, négligence criminelle et voies de fait.

La victime dans cette histoire est un homme âgé dans la cinquantaine vivant avec une déficience intellectuelle. Celui-ci était sous la garde légale de la suspecte depuis 2016.

Comme le rapporte le porte-parole de la Régie de police de Memphrémagog (RPM), Mickaël Laroche, les policiers ont été mis au fait de la situation le 15 octobre 2019, lorsque la victime a été retrouvée inconsciente à l’extérieur de la résidence où elle demeurait, à Magog.

Ce sont des ouvriers qui travaillaient pour Mme Guénette qui ont alerté les services d’urgence. «L’homme souffrait d’hypothermie sévère, de dénutrition et de diverses blessures au corps, dont certaines assez graves, pour lesquels les soins nécessaires n’ont pas été donnés. Durant ses trois mois d’hospitalisation, l’homme a pris environ 75 lb», rapporte l’agent Laroche, précisant que le quinquagénaire a été placé depuis dans une nouvelle famille.

Il a fallu près d’un an d’enquête à la RPM pour arriver à déposer des accusations contre la femme de 58 ans, qui est une policière retraitée ayant fait carrière dans la grande région de Montréal. Les méfaits qui lui sont reprochés se seraient également produits à Boucherville, où la suspecte possède aussi une propriété. «L’enquête nous a permis de démontrer que l’homme était quotidiennement embarré dans sa chambre pour la nuit à l’aide d’un loquet extérieur. En plus de ne pas être suffisamment nourri, l’homme aurait été victime de voies de fait lorsqu’il n’exécutait pas les tâches demandées», poursuit Mickaël Laroche.

On reproche aussi à la suspecte d’avoir réclamé des sommes d’argent auxquelles elle n’avait pas droit. Notons que la femme, qui est sans antécédent judiciaire, a été libérée en attendant son retour en Cour prévu le 16 mars prochain.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
CI
CI
1 mois

Si vous saviez comme je suis témoin….et du mal que cette femme a fait à sa soeur, décédée depuis ….. mais il y a justice ici alors tant mieux

Nat
Nat
1 mois

La bassesse elle pensais quoi elle un être humain calvaire sa pas de sens sa detention devrais ressembler a sa.