COVID-19: deux policiers testés positifs à la Régie de police de Memphrémagog

Par Pierre-Olivier Girard
COVID-19: deux policiers testés positifs à la Régie de police de Memphrémagog
(Photo : Le Reflet du Lac - Archives)

PANDÉMIE. Deux policiers de la Régie de police de Memphrémagog (RPM) ont été testés positifs à la COVID-19 au cours des derniers jours. Mais contrairement en mars dernier, lorsque 11 employés avaient contracté le virus, la situation semble déjà près d’un retour à la normale.

Comme le rapporte le directeur du service de police, Guy Roy, les deux policiers concernés ont reçu leur résultat le 16 janvier dernier. Comme le veut la procédure, ils ont aussitôt été retirés de leur milieu de travail.

De ces deux cas, la Régie a joué de prudence en isolant quatre autres employés pour un risque probable de contamination. Toutefois, pour le moment, tous les tests de dépistage ont été négatifs.

«Rien ne laisse croire pour le moment que le virus se serait propagé dans nos bureaux ou aurait été attrapé à l’interne. Sans en avoir la garantie, il est probable que les policiers aient été contaminés lors d’une intervention survenue récemment en lien avec la santé mentale», explique le grand patron.

Même s’il dit être «très satisfait» du respect des consignes par ses employés, Guy Roy rappelle que leur travail les amène parfois à devoir s’exposer. «Si on reçoit un appel pour de la violence conjugale, qu’il y ait un cas de COVID-19 ou non, nos policiers ne resteront pas dehors à attendre. On n’a pas le choix de faire certaines interventions. Ça fait partie des risques de notre métier, tout comme les pompiers et les ambulanciers», donne-t-il en exemple.

À savoir si des citoyens auraient pu être contaminés par les deux policiers testés positifs, le directeur soutient «qu’il est peu probable, mais pas impossible». «Dans tout milieu de travail, si une personne est infectée, il y a des chances qu’elle aient contaminée d’autres personnes. Ce n’est pas différent pour nous. Le risque nul n’existe pas. Pour moi, la règle de base restera toujours la vigilance. Si on attend d’avoir un cas positif pour être vigilant, je pense qu’il est déjà rendu trop tard», conclut-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
1 mois

Soyons prudents! Le virus est très sournois et tue des gens à Magog même près de chez vous! Des variantes ont renforcé récemment sa capacité de contagion