Le CAB de Magog se serre les coudes

Par Dany Jacques
Le CAB de Magog se serre les coudes
L’équipe de la popote roulante garde un bon rythme malgré les demandes à la hausse. (Photo : Le Reflet du Lac/Archives - Dany Jacques)

SOCIÉTÉ. Avec déjà une augmentation de 50 repas de plus par jour à la popote roulante, la dizaine d’employés et la vingtaine de bénévoles du Centre d’action bénévole (CAB) de Magog se serrent les coudes pour maintenir les services essentiels pendant la présente crise du coronavirus (COVID-19).

Et la directrice générale de cet organisme communautaire, Nathalie Noël, prévoit une croissance de la demande pour les prochaines semaines. «La faim ne fait pas de pause, signale-t-elle. On doit combler les besoins vitaux des gens vulnérables, et ce, de façon sécuritaire pour eux et pour notre équipe.»

Voilà pourquoi les repas livrés à domicile par la popote roulante sont maintenant servis froids et déposés devant la porte. «Nos livreurs en profitent tout de même pour voir si tout va bien à l’intérieur des maisons, surtout pour les personnes seules, spécifie-t-elle. Nos livreurs sont nos yeux.»

Le CAB ne recrute pas de nouveaux bénévoles malgré les demandes qui s’additionnent. La direction de l’organisme invite néanmoins les personnes intéressées à donner leur nom afin de garnir une banque de bénévoles. Ceux-ci pourraient prendre la relève en cas de départ ou de maladie.

Des bénévoles pourraient tout de même être appelés en renfort lorsque le CAB mettra en place de nouveaux services, comme les appels bienveillants aux personnes isolées et l’aide aux commissions.

Depuis le début de la crise du coronavirus, le CAB a coupé des services jugés non essentiels comme le souper communautaire et la production des rapports d’impôts. L’organisme maintient toutefois ses services primordiaux comme la popote roulante et l’accompagnement aux transports pour les rendez-vous médicaux essentiels (chimio, hémodialyse, etc.)

Mme Noël assure que son personnel et tous les bénévoles respectent les règles de base en matière d’hygiène sanitaire.

 

 

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des