Suspendu un an pour avoir frappé un arbitre au visage

Par Patrick Trudeau
Suspendu un an pour avoir frappé un arbitre au visage
Yan Laroche jugeait important de punir adéquatement le geste qui a été posé à son égard, en janvier dernier. (Photo : gracieuseté - Marco Bergeron)

SANCTION. Les dirigeants de Hockey Magog estiment que Hockey Québec envoie un message clair après avoir imposé une suspension d’un an à un hockeyeur midget qui a frappé au visage un arbitre de Magog, le 4 janvier dernier.

D’abord suspendu pour huit rencontres par Hockey Estrie, le jeune homme de Sherbrooke a vu sa sentence être «bonifiée» à une année complète, après que Hockey Magog ait décidé de porter la cause en appel.

Le fautif pourra donc revenir au jeu en janvier 2021 seulement. «On a fait appel de la sanction parce qu’on trouvait qu’elle n’était pas appropriée par rapport à la gravité du geste. C’est inacceptable ce qui s’est passé et Hockey Québec a démontré, avec cette décision, que c’était tolérance zéro pour les abus de toutes sortes», a fait valoir le président de Hockey Magog, Robert Butler.

Ghyslain Héroux et Robert Butler ont porté la cause en appel, au nom de Hockey Magog. (Photo Le Reflet du Lac – Archives/Patrick Trudeau)

Ce dernier admet que le joueur pénalisé se retrouve avec une peine lourde de conséquences. «C’est plate pour le kid qui perd une année de hockey, et je sais qu’il est vraiment mal par rapport à ce qui s’est passé. Par contre, son geste était loin d’être accidentel et la suspension concorde avec la gravité de la situation», a-t-il ajouté.

«Nous avons reçu beaucoup d’appuis dans nos démarches, précise de son côté le coordonnateur et directeur technique de Hockey Magog, Ghyslain Héroux. On n’a pas l’habitude d’en appeler des suspensions, mais dans ce cas-ci, on trouvait important de supporter nos arbitres.»

Protéger la relève

Victime du coup de poing alors qu’il arbitrait le match midget B entre les Cantonniers et le Phoenix-1 à l’aréna de Magog, Yan Laroche se réjouit de voir que la suspension initiale a été revue à la hausse.

Escorté hors de la glace par un juge de ligne après avoir écopé d’une double infraction, le joueur pénalisé serait retourné sur ses pas afin de décocher un coup de poing au visage de celui qui agissait comme arbitre en chef, visiblement mécontent de la décision.

«J’ai été très surpris de voir la suspension imposée au départ par le comité régional. Pourtant, le règlement de Hockey Canada est très clair; c’est une suspension automatique d’un an pour quelqu’un qui frappe un arbitre», plaide M. Laroche.

Le vétéran officiel n’en veut pas nécessairement au hockeyeur fautif, mais il trouvait important de passer un message clair. «On ne visait pas le jeune, mais bien le geste qui a été posé. Le hockeyeur s’est excusé et je l’ai mentionné dans mon rapport. Par contre, les démarches ont été faites au nom de tous les autres arbitres. Moi, j’ai une vingtaine d’années d’expérience, mais j’aurais été inquiet si c’était arrivé à un jeune officiel. On a une belle relève à Magog, mais si on veut garder nos arbitres, c’est important de les protéger», a-t-il fait valoir.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des