Magog: trop d’oiseaux sont encore nourris dans les parcs municipaux

Par Pierre-Olivier Girard
Magog: trop d’oiseaux sont encore nourris dans les parcs municipaux
Malgré un affichage clair indiquant qu'il est interdit de le faire, plusieurs personnes continuent de nourrir les animaux dans la Baie-de-Magog. (Photo : Le Reflet du Lac - Pierre-Olivier Girard)

MAGOG. Malgré beaucoup de sensibilisation et des panneaux visibles, plusieurs personnes continuent de nourrir les oiseaux dans le parc de la Baie-de-Magog. En plus de contribuer à la dermatite, ce comportement peut avoir de graves répercussions sur les animaux concernés.

Il suffit de se balader sur la promenade longeant le lac Memphrémagog pour remarquer que l’interdiction en vigueur est loin d’être respectée. D’ailleurs, certains volatiles, comme les canards, sont si habitués de recevoir de la nourriture qu’ils approchent les êtres humains sans aucune crainte.

«Les canards sont presque domestiqués», constate Marilyne Guillemette, technicienne en environnement, qui déplore la situation.

«On voit des touristes qui s’amusent à donner des restants de table. Mais il y a aussi des résidents qui le font sur une base régulière, pour le plaisir. On est même intervenu auprès d’un monsieur qui allait sur place avec des poches de moulée», ajoute-t-elle.

Évidemment, personne à la Ville ne croit que ces personnes agissent de manière malintentionnée. C’est le cas de Josiane Pouliot, coordonnatrice de la division Environnement, qui attribue ces agissements à une inconscience ou encore un manque de connaissances. «Sur le coup, les gens peuvent trouver ça drôle et mignon. Mais ils ne savent pas que leur geste peut mettre en péril la vie de ces oiseaux. On leur enlève leur intégrité individuelle. Ces oiseaux perdent leur instinct de prédation. Certains ne partiront même pas à l’hiver et mourront de froid», soutient Mme Pouliot.

 

Les signalements de dermatite en hausse

En attirant les oiseaux dans les parcs aux abords du Memphré, les gens contribuent aussi à la problématique de la dermatite. Au cours de l’été, 28 cas ont été signalés à la Municipalité. À titre comparatif, il y en avait eu 5 en 2016.

«C’est difficile d’attribuer une cause précise à cette augmentation. Peut-être seulement que les gens sont plus informés et signalent davantage les cas qu’auparavant. On assiste peut-être à une émergence de nouveaux secteurs où se trouvent des populations d’escargots, qui font partie du cycle de la dermatite», suppose Mme Pouliot.

«Mais à la lumière de ces statistiques, il faudra faire davantage d’interventions l’an prochain, notamment par la sensibilisation», prévoit-elle

Les deux responsables rappellent d’ailleurs qu’il n’y a aucun lien entre la dermatite et la qualité de l’eau du lac. Les échantillonnages faits cet été sur les différentes plages municipales ont résulté principalement par des cotes d’excellence.

À titre informatif, toute personne qui nourrit les oiseaux à Magog est passible d’une amende de 50 $.

Partager cet article

2
LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
DianeClaude Bri Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Claude Bri
Invité
Claude Bri

Il faudrait peut-être être plus sévère et donner des amendes aux personnes concernées. J’ai déjà vu une famille donner un pain complet aux oiseaux à la plage Des Cantons. Je ne crois pas qu’on doit tolérer de tels comportements, un terrain souillė d’excréments et une plage où l’on attrape la dermstite n’attire ni les touristes, ni les résidents locaux. ….

Diane
Invité
Diane

Trop oiseaux qui sont nourris ,… c’est un peu ce que cette ville représente un manque de nourriture pour les gens qui vive en ville dans le bas de la ville , un cartier pauvre des gens qui ont pas les moyens et parmi eu il y a des personnes qui ont faims .
Les règlements…