«Les Grands Feux Magogois» de retour en 2020

Par Pierre-Olivier Girard
«Les Grands Feux Magogois» de retour en 2020
Renaud Légaré demande aux citoyens de contribuer dès maintenant, par des dons, à la deuxième édition des «Grands Feux Magogois». (Photo : Le Reflet du Lac - Pierre-Olivier Girard)

SPECTACLE. Même s’il n’a pas réussi à recueillir autant d’argent qu’il le souhaitait avant le 1er septembre, l’homme d’affaires Renaud Légaré confirme qu’il y aura une deuxième édition des «Grands Feux Magogois» en 2020.

Avec le succès de son événement qui attiré, selon lui, entre 12 000 et 15 000 spectateurs dans le parc de la Baie-de-Magog, Renaud Légaré savait déjà que cette histoire devait se poursuive.

Il avait tout de même sollicité les dons du grand public dans les dernières semaines, dans l’espoir que le «buzz» incite les Magogois à se faire généreux, particulièrement ceux qui n’avaient pas contribué au départ. «J’ai reçu jusqu’à présent 3200 $ de dons personnels, soit le tiers de ce que j’espérais avoir. C’est sûr que je trouve ça plate, mais en même temps, je sais que les gens vont donner éventuellement, soutient l’organisateur. Je ne suis pas là pour tordre un bras à personne. Mais il faut se l’approprier en faisant chacun notre part, car cet événement, c’est à nous.»

 

À l’écoute des nouvelles idées

Après avoir présenté le plus grand feu dans l’histoire de Magog, le restaurateur a un nouvel objectif de grande envergure pour l’an prochain. Il veut créer le plus gros rassemblement jamais vu dans les environs. «Je suis convaincu que tous ceux qui étaient présents cette année vont revenir. Alors, c’est impossible de faire pire!», s’exclame le principal intéressé.

Ce dernier se dit ouvert à bonifier l’événement, comme l’ont suggéré certains citoyens, que ce soit avant ou après le spectacle pyrotechnique. Toutefois, Renaud Légaré assure que d’autres personnes devront en prendre la responsabilité. «De mon côté, je garde ma ligne de conduite en concentrant mes énergies sur les feux. Si des gens ont d’autres idées, qu’ils me les proposent et je verrai si ça s’inscrit dans notre vision. Mais pas question d’avoir de «food trucks» ou des offres du genre. Il y a assez de commerces au centre-ville qui ont besoin de notre soutien», prévient-il.

 

De grandes émotions

Chose certaine, le Magogois se souviendra longtemps du 2 août 2019, date de la première édition de son rêve. Une soirée durant laquelle il a vécu de grandes émotions, comme plusieurs spectateurs présents. «Quand le monstre Memphré est apparu sur l’eau, j’ai éclaté et ça ne me gêne pas de le dire», raconte le principal intéressé.

«Ce spectacle, c’était comme mon bébé. Je n’ai jamais été aussi heureux de créer quelque chose, surtout en voyant tous ces gens rassemblés autour et sur le lac. De voir que j’avais frappé dans le mille, c’était vraiment un moment incroyable», conclut-il.

Pour faire un don pour la deuxième édition, prévue le 31 juillet 2020: cantinedulac.generosa.ca

Partager cet article

3
LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
3 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
liette lambertColette Lacroixlouis gravel Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
louis gravel
Invité
louis gravel

méchante pollution ! Qui s’occupe de l’environnement à la ville de Magog !!!

Colette Lacroix
Invité
Colette Lacroix

Les feux d’artifice causent une pollution atmosphérique importante en peu de temps, laissant des particules métalliques, des toxines dangereuses, des produits chimiques nocifs et de la fumée dans l’air pendant des heures et des jours. Certaines des toxines ne se décomposent ni ne se désintègrent jamais complètement, mais traînent plutôt dans l’environnement, empoisonnant tout ce avec quoi elles entrent en contact. L’exposition à des particules fines, telles que celles présentes dans la fumée et la brume, est liée à des conséquences négatives sur la santé, telles que toux, respiration sifflante, essoufflement, crises d’asthme et même crises cardiaques, selon l’EPA. Les… Read more »

liette lambert
Invité
liette lambert

Est-ce que la ville peux mettre ses culottes et demander une étude environnementale sur les effets négatifs de tous ces produits chimiques qui retombent dans le lac et qui affectent la qualité de l’eau , la faune et la flore !

Ville de Magog écologique mon oeil !!

les feux sont de plus en plus interdit dans le monde , on veux-tu être les derniers sur la planète à les interdire !!