Tribune libre: le quartier des Tisserands perd encore une occasion de relance

Par le reflet du lac
Tribune libre: le quartier des Tisserands perd encore une occasion de relance
Il est possible de nous envoyer une lettre d'opinion à l'adresse suivante: djacques@lerefletdulac.com

Dans Le Reflet du lac du 28 août dernier, on pouvait voir, à la page 44, deux grands appels d’offres publics du CIUSSS pour des locaux destinés à accueillir le Centre Jeunesse Famille et le Centre de prélèvement du Centre de santé et de services sociaux de Memphrémagog.

C’est un bon signe : face à des besoins grandissants, le personnel augmente et des locaux à l’extérieur de l’hôpital sont requis afin de libérer certains locaux qui seront mieux utilisés autrement.

Ce qui est désolant dans ces appels d’offres publics, c’est «le périmètre de recherche» des locaux. Pour l’un des locaux, ce périmètre part de la rue St-Luc, va jusqu’à la rue du Cimetière, descend jusqu’à la rue du Moulin puis revient sur St-Patrice jusqu’à St-Luc en englobant, au passage, un petit secteur délimité par Deragon, Sherbrooke jusqu’à Tupper puis Dollard.

Ce projet de location se réaliserait donc «dans le haut de la ville» et les bâtiments de l’ex-Difco resteront vides. Une fois de plus, une décision porteuse pour la revitalisation du quartier des Tisserands, avec des baux de 3 et de 10 ans, passera sous le nez des citoyens de ce quartier qui a bien besoin d’un nouveau souffle.

Au début de cette année, une pétition signée par plus de 1000 personnes a été remise à la Ville pour lui demander, entre autres, de se porter acquéreur de l’ancien complexe textile totalisant 1 550 000 pi2 afin de devenir le maître d’œuvre de son redéveloppement, comme elle le fait avec le parc industriel.

Jusqu’à maintenant, il n’y a pas eu de réponse et les occasions d’occupation des lieux comme avec les locaux pour le Centre de santé continuent à ne profiter qu’aux autres secteurs de la Ville.

Peut-on en vouloir au gouvernement de ne pas identifier le quartier des Tisserands dans ses «périmètres de recherche» quand rien n’est fait pour développer la structure d’accueil de ce quartier? C’est à croire que, depuis la fermeture des usines, il ne fait plus partie de la ville. Que s’y est-il passé d’important, à part la bibliothèque qui a sauvé l’église?

 

 Le Collectif du Quartier-des-Tisserands

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des