Incendie du Guacamole y Tequila de Magog : une reconstruction qui viendra en son temps

Par Pierre-Olivier Girard
Incendie du Guacamole y Tequila de Magog : une reconstruction qui viendra en son temps
Les dommages causés par l'incendie sont évalués à plus d'un million de dollars. (Photo : Le Reflet du Lac - Archives/Pierre-Olivier Girard)

CENTRE-VILLE. Plus d’un an après avoir été rasé par un incendie, les travaux de reconstruction du restaurant Guacamole y Tequila de Magog se font toujours attendre.

Il y a quelques mois à peine, les propriétaires du bâtiment et du restaurant espéraient amorcer les travaux avant le début de la revitalisation du centre-ville. Par contre, les deux partenaires d’affaires ont dû se rendre à l’évidence que leur souhait allait être irréalisable.

Comme l’explique l’une des copropriétaires, Marie-Ève Roy-Lepitre, certaines étapes ont été plus longues que prévu, notamment celle pour l’obtention du permis. «On avait bon espoir d’y arriver, mais maintenant, on ne veut plus se mettre de la pression avec des échéanciers précis. Comme tout le monde, on a bien hâte à la première pelletée de terre, mais ça se fera en temps et lieu», affirme-t-elle.

Il faut dire que les propriétaires sont débordés par les temps qui courent, eux qui opèrent le même concept du côté de Sherbrooke. «Nos journées sont déjà très occupées et honnêtement, on manque de temps pour se consacrer à notre projet à Magog», ajoute Mme Roy-Lepitre. C’est une double gestion qui est impossible à l’heure actuelle. Dans quelques mois, quand nous aurons un horaire plus normal, on pourra y mettre le temps et les énergies nécessaires.»

«Pour nous, il n’y a aucune urgence d’agir», répète la restauratrice.

Cette dernière assure que le projet va renaître et que les habitués du restaurant verront plusieurs améliorations. Une deuxième cuisine sera aménagée au sous-sol, de même qu’une salle de réception. Comme dans l’ancien bâtiment, des logements occuperont l’étage supérieur.

Rappelons que les dommages de l’incendie, survenu dans la nuit du 2 avril 2018, sont évalués à plus d’un million de dollars. Les flammes avaient pris naissance dans une sécheuse qui se trouvait au sous-sol.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des