Entreprises technologiques à Magog: le chiffre d’affaires bondit à 20 M$

Par Pierre-Olivier Girard
Entreprises technologiques à Magog: le chiffre d’affaires bondit à 20 M$
Le nombre de personnes travaillant au Quartier de l’innovation a presque quadruplé depuis cinq ans. (Photo : gracieuseté - Marco Bergeron)

AFFAIRES. Le chiffre d’affaires de la soixantaine d’entreprises associées à Magog Technopole a franchi la barre des 20 millions de dollars en 2018, ce qui représente une hausse d’environ 21 % comparativement à l’année précédente.

Le directeur général de Magog Technopole, André Métras, applaudit ces résultats préliminaires tirés de son plus récent bilan annuel. «Notre croissance remarquable s’explique par le succès et l’attractivité de notre modèle, qui repose sur notre capacité à animer cette communauté vibrante des technologies de l’information, précise-t-il. Nous attirons des jeunes pousses et des entreprises établies de la grande région de Montréal, de l’Estrie, des institutions d’enseignement et même des signaux d’intérêt forts de la France.»

Métras rappelle que ces 20 M$ proviennent de petites entreprises, qui génèrent de grandes retombées économiques dans la région lorsqu’on additionne leurs résultats financiers. «Ça nous donne une bonne force de frappe, ça crée un impact, ça attire l’attention. En d’autres termes, c’est stimulant de se joindre à nous, au cœur de notre Quartier de l’innovation», vante-t-il.

Ces millions qui s’additionnent viennent aussi avec des emplois et des entreprises à la hausse. Le nombre de travailleurs a augmenté de 161 en une seule année pour atteindre presque 400 emplois au terme de 2018. Magog Technopole vise les 750 emplois en 2022, si la croissance se poursuit.

Cette «croissance remarquable», pour reprendre les mots de M. Métras, fait toutefois ressortir l’important enjeu du recrutement de talent et de main-d’œuvre. Le DG se croit néanmoins en bonne position pour combler les besoins, car il mise sur l’attractivité des entreprises associées aux technologies de l’information. «La grande question est évidemment de savoir comment recruter des talents à l’extérieur des grands centres. Mais les bonnes vibrations qu’on émet et la synergie présente dans nos bureaux génèrent déjà beaucoup d’intérêt. Vous verrez, on a de belles annonces pour bientôt. On attire de plus en plus de gros joueurs», promet M. Métras.

Ce dernier tient à remercier une fois de plus la Ville de Magog pour son esprit visionnaire, surtout que le conseil de l’époque a cru en Magog Technopole et à son potentiel de croissance dès ses premiers balbutiements.

Il tient aussi à rendre hommage à ses partenaires financiers de longue date, comme Desjardins, Deloitte, Raymond Chabot, Monty Sylvestre, Cain Lamarre, Banque de développement du Canada et la MRC de Memphrémagog, qui offrent généreusement leur expertise pour accompagner toutes ces entreprises et jeunes pousses.

 

En rafale

  • La masse salariale est passée de 15 à 20 M$
  • Le nombre d’entreprises a bondi de moins de 10 à une soixantaine depuis 2013
  • Le déficit de la dernière année se chiffre à 13 600 $, mais un surplus accumulé de 31 000 $ permet d’éponger le déficit et d’atteindre l’équilibre financier.
  • Le nombre d’emplois est passé de 232 à 393 en un an
  • 750 emplois sont projetés d’ici 2022 grâce à des investissements estimés à 20 M$
  • Le chiffre d’affaires de 2019 est estimé à 30,5 M$, générant ainsi une hausse prévue de 49%
  • Environ 120 postes seront à combler en 2019
  • Le revenu moyen s’élève à 67 500 $
Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des