Charles Poulin de retour avec les Cantonniers

Par Patrick Trudeau
Charles Poulin de retour avec les Cantonniers
Charles Poulin revient dans l’organisation des Cantonniers de Magog

Après Stephan Lebeau il y a quelques mois, l’organisation des Cantonniers de Magog a réussi à rapatrier un autre des plus illustres porte-couleurs de son histoire, le Magogois Charles Poulin.

L’ex-hockeyeur professionnel a obtenu au mois de juin ce qu’il souhaitait depuis longtemps, soit un transfert dans la région de l’Estrie, ce qui lui a permis de revenir s’établir dans son patelin d’origine.

Du même coup, il continue de nourrir sa passion pour le hockey en étant conseiller spécial pour l’équipe de son fils Charles-Anthony, les Cantonniers d’Orford atome BB, tout en agissant comme collaborateur au personnel hockey des Cantonniers de Magog dirigé par son beau-frère et nouvel entraîneur-chef Stephan Lebeau. En plus d’être sur la glace lors de certaines pratiques, il surveille l’action sur la galerie de presse lors des joutes locales. «Avec les entraînements et les matches, j’ai du hockey pratiquement sept jours sur sept. Mais c’est ce que je souhaitais car le hockey est toujours une passion et j’ai le goût de faire profiter de mon expérience à d’autres personnes», fait valoir Charles Poulin, aujourd’hui âgé de 34 ans.

Toujours employé de la compagnie Imperial Tobacco, Poulin agit comme représentant pour le secteur de l’Estrie, après avoir travaillé durant plusieurs années dans la région de Montréal. Depuis sa retraite du hockey professionnel il y a un peu plus de deux ans, il a vécu quelques expériences derrière le banc d’une équipe, notamment comme adjoint avec le St-François de Sherbrooke (Ligue nord-américaine) et aussi comme entraîneur-chef de la formation novice pour laquelle évoluait son fils l’an dernier.

Celui que l’on surnomme «Charlie» n’a d’ailleurs jamais caché qu’un rôle d’entraîneur serait une belle continuité à sa carrière de joueur. Mais pour l’instant, on le sent prudent à ne pas brûler les étapes. «Pour l’instant, il n’y rien qui presse. Nous sommes revenus chez-nous (avec sa femme et ses deux enfants) et nous sommes ici pour de bon. J’aime bien suivre mon fils tout comme j’aime me retrouver dans l’entourage des Cantonniers», explique-t-il.

Meilleur marqueur de la Ligue midget AAA en 1988-1989 (93 points en 42 matches), Charles Poulin a aussi été choisi le joueur junior par excellence au pays trois ans plus tard. Sa carrière professionnelle s’est déroulée dans plusieurs villes d’Amérique du Nord (Ligue américaine, Ligue internationale, East Coast League) et aussi en Europe, en France notamment.

Bien qu’il soit très au fait de l’évolution du hockey depuis deux décennies, il s’est aperçu que les choses avaient bien changé au niveau midget AAA depuis son propre passage il y a 18 ans. «L’approche est vraiment différente. Certains joueurs, qui ont dominé leur équipe dans les catégories inférieures, arrivent ici et ont beaucoup de difficulté à connaître et à assumer leur rôle. La journée où tout le monde va accepter son rôle, les Cantonniers seront une équipe dominante dans la Ligue midget AAA», a-t-il laissé entendre.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des