Maxime Damour au premier rang mondial

Par Patrick Trudeau

Pour la deuxième année consécutive, le skieur nautique Maxime Damour se retrouve au premier rang mondial chez les juniors.

Le jeune homme d’Eastman, qui vient tout juste d’avoir 18 ans, a réalisé cette année la meilleure performance au monde en slalom dans son groupe d’âge, battant du même coup son propre record québécois et s’arrêtant à deux ballons du record du monde.

Le slalom en ski nautique consiste à contourner le plus grand nombre possible de bouées et à des vitesses supérieures à 100 km. «C’est un sport très exigeant physiquement. Les gens n’ont pas idée à quel point c’est difficile, à moins de le voir de près», fait valoir le jeune athlète.

Au cours de la dernière année, Maxime a participé aux championnats mondiaux juniors en France ainsi qu’aux Masters, aux États-Unis, la plus prestigieuse compétition de cette discipline. «Je pars pour la Floride mardi et je vais passer un mois là-bas en camp d’entraînement. Les Masters ont lieu dans l’état de la Georgie le 24 mai et j’espère bien revenir avec la première place».

Un surdoué

En plus de faire partie de l’élite mondiale en ski nautique, Maxime Damour est tout un joueur de hockey. En fait, on le soupçonne d’exceller dans la majorité des sports.

Ce n’est pas pour rien que l’école La Ruche en a fait son athlète par excellence lors du gala Méritas de 2006. Même s’il vient à peine d’atteindre sa majorité, il possède un physique qui ferait rougir bien des adultes qui se disent sportifs.

Il a aussi la chance de compter sur d’impressionnantes infrastructures d’entraînement à même le domicile familial, soit un lac artificiel d’une longueur de 1 900 pieds (570 mètres), aménagé il y a cinq ans pour permettre aux trois jeunes frères Damour de se développer en ski nautique. «C’est un lac parfait pour l’entraînement car les conditions y sont plus exigeantes que sur un lac naturel. Étant donné qu’il n’y a pas de vague, l’eau est plus «dure» et elle est plus difficile à couper avec nos skis», explique-t-il. «Après les Masters, je reviens sur notre lac et j’espère pouvoir y entraîner quelques jeunes», laisse-t-il entendre.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires