Lyne Tremblay a maintenant son « équipe de rêve »

Par Patrick Trudeau
Lyne Tremblay a maintenant son « équipe de rêve »
Lyne Tremblay pouvait compter sur sa nouvelle assistante Frédérique Chebl, lors la Coupe du monde à Colorado Springs. (Photo : (Photo gracieuseté))

TIR À LA CARABINE Déçue de sa participation aux Jeux de Tokyo l’été dernier, l’athlète en fauteuil roulant Lyne Tremblay a déjà entamé un autre cycle paralympique pour représenter le Canada en tir à la carabine. Et avec l’ajout de nouvelles « coéquipières » dans son équipe technique, elle croit avoir tous les éléments en main pour se rendre aux Jeux de Paris, en 2024.

Même si elle a pris part à deux Jeux paralympiques comme archère (Pékin en 2008 et Londres en 2012) et à un autre comme tireuse (Tokyo 2021), Lyne Tremblay est toujours en quête de dépassement et d’amélioration.

Au cours des derniers mois, elle a décidé de faire appel à Érika Charron, une sommité dans le domaine du biathlon, qui sera désormais son entraîneure. 

« Après les Jeux de Tokyo (29e, 34e et 37e places), j’avais décidé qu’il était temps de choisir une autre personne pour m’entraîner. Je ne connaissais pas Érika et j’ignorais qu’il y avait une experte comme elle dans notre région. Ça a fonctionné tout de suite entre nous deux. Avoir une entraîneure de cette qualité près de chez moi, c’est un gros avantage », estime-t-elle.

Outre le changement d’entraîneur, Lyne Tremblay pourra aussi compter sur la jeune kinésiologue Frédérique Chebl, qui agira comme seconde assistante. « Linda Gagnon (médecin et conjointe) me suit comme assistante depuis plus de 25 ans, mais on avait besoin d’une personne supplémentaire qui pouvait prendre la relève s’il y avait un empêchement en raison de la Covid, par exemple », détaille-t-elle.

« Frédérique travaillait déjà avec moi pour mes programmes d’entraînement, et elle est maintenant formée comme assistante. Ce rôle est très important en compétition, car l’assistante doit s’assurer de bien préparer l’équipement et elle doit aussi insérer les projectiles dans la carabine, de façon très rigoureuse », ajoute Mme Tremblay.

Des résultats rapides

Les fruits de cette nouvelle collaboration n’ont pas mis de temps à être récoltés. Au début du mois de juin, Lyne Tremblay a effectué son retour à la compétition lors de la Coupe du monde de Châteauroux, en France, et ses résultats lui ont valu une qualification pour les Championnats du monde 2022, qui auront lieu en novembre aux Émirats arabes unis.

Trois semaines plus tard, elle décrochait la médaille d’or (position assise) et la médaille d’argent (position couchée) lors de la Coupe du monde de Colorado Springs.

« La compétition de Châteauroux était extrêmement importante puisque c’était la seule qui permettait de se qualifier pour les Mondiaux », explique-t-elle avec un certain soulagement.

« J’ai ensuite amélioré mes scores lors de mon passage au Colorado et ça m’a valu mon double podium. Frédérique a fait un super travail comme assistante puisque c’était sa première compétition officielle en ma compagnie », a louangé l’athlète de 59 ans.

L’avenir s’annonce donc encourageant pour Lyne Tremblay et son équipe, qui prendront la route de Munich le 10 juillet, pour une autre étape de la Coupe du monde.

« Avec Linda, Érika et Frédérique, j’ai maintenant ma « Dream Team » (équipe de rêve) et je suis fin prête pour le dernier droit en vue des Jeux de 2024″, assure la principale intéressée.

« Deux ans avant les Paralympiques, c’est très court comme cycle. Mais après Paris, j’aurai fait mon temps », lance-t-elle sur un ton rieur, évoquant du même coup une éventuelle retraite sportive.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires