Le Club de pickleball Magog-Orford victime de son succès

Par Patrick Trudeau
Le Club de pickleball Magog-Orford victime de son succès
Marie-Josée Cotnoir (prés. par intérim) et Yvon Lamontagne ont participé à la journée d'initiation du Club de pickleball Magog-Orford, le 18 septembre dernier au Centre sportif La Ruche. (Photo : (Photo Le Reflet du Lac - Patrick Trudeau))

ENGOUEMENT. À l’instar de plusieurs autres villes au Québec, notre région vit un engouement sans cesse grandissant pour le pickleball. À tel point que le Club de pickleball Magog-Orford n’a plus qu’une dizaine de places disponibles pour sa saison intérieure.

Avec plus de 250 membres actifs, le club magogois remplit facilement les plages horaires qui lui sont dédiées tout au long de la semaine au Centre sportif La Ruche.

« Les places qui restent sont principalement le samedi matin et le dimanche matin (vers 8 h 30). Ce sont des heures un peu moins populaires », concède la présidente par intérim, Marie-Josée Cotnoir.

Après avoir lancé au cours de l’été une invitation pour son activité portes ouvertes du 18 septembre, la direction du Club a dû stopper les inscriptions après quelques semaines seulement. « Il fallait réserver sa place pour cette journée d’initiation, et ça s’est comblé très rapidement. On a été contraint de créer une liste d’attente », précise Mme Cotnoir.

Très prisé par les 50 ans et plus, le pickleball est un sport de raquette considéré comme plus accessible que le tennis ou le badminton.

Le coup de cœur d’Yvon Lamontagne

L’ancien conseiller municipal de Magog, Yvon Lamontagne, est lui-même tombé en amour avec ce sport il y a trois ans et il est un joueur assidu, même si des problèmes de vision lui compliquent parfois la tâche.

 « Ma vue a beaucoup baissé, mais je réussis à me débrouiller au pickleball parce que les distances sont moins grandes que dans d’autres sports. Et c’est plus facile pour moi à l’intérieur qu’à l’extérieur », laisse entendre l’ex-politicien de 75 ans, qui avait été l’un des artisans des nouveaux terrains au parc d’Omerville en 2019.

Ayant toujours pratiqué plusieurs sports (hockey, balle, ballon-balai, vélo, etc.), M. Lamontagne avoue être encore compétitif sur un court et avoir besoin de bouger régulièrement. « Je suis encore trop jeune pour jouer aux pichenottes à temps plein », lance-t-il avec l’humour qu’on lui connaît.

Son intensité au jeu lui a toutefois valu récemment une blessure au nez, alors que sa raquette lui a rebondi au visage à la suite d’une mauvaise manœuvre. Malheureusement, il ne portait pas de lunettes de protection. « Le plus ironique, c’est que j’avais déjà commandé des lunettes et qu’elles ont été livrées le lendemain de l’accident. J’ai compris encore plus à quel point il est important d’être protégé adéquatement », a fait valoir Yvon Lamontagne.

Pour obtenir de l’information sur les activités du Club de pickleball Magog-Orford, écrivez à l’adresse suivante: pickleballmagogorford@gmail.com  

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires