L’ascension de Jérémy Gagnon-Laparé

Par Patrick Trudeau

IMPACT. Lorsque Marco DiVaio a tiré sa révérence devant les partisans de l’Impact, le 25 octobre dernier à Montréal, c’est Jérémy Gagnon-Laparé qui a eu la chance de le remplacer symboliquement pour les dernières minutes. Heureux hasard ou signe du destin? Toujours est-il que le jeune Magogois pourrait bien devenir l’une des vedettes du 11 montréalais d’ici quelques années.

À 19 ans seulement, Gagnon-Laparé est devenu le premier athlète masculin issu du Club de soccer de Magog à signer un contrat avec une équipe de soccer professionnel.

Après avoir paraphé l’entente historique le 3 juillet dernier, le jeune milieu de terrain a participé à sept matches de l’Impact, dont quatre à titre de partant.

Qui plus est, il a participé à une vingtaine de matches hors-concours avec l’équipe nationale senior, nationale U23 et nationale U20.

Si cette ascension peut paraître fulgurante pour un athlète ayant à peine franchi la majorité, il s’agit d’un cheminement normal pour le principal intéressé, qui carbure au soccer depuis son tout jeune âge. «J’ai franchi plusieurs étapes avant mes débuts professionnels, dont le Centre national haute performance à Montréal et ensuite l’Académie de l’Impact. Me joindre à la formation professionnelle de l’Impact faisait partie de mon cheminement», a expliqué Jérémy Gagnon-Laparé.

«Je m’entraînais déjà avec les professionnels depuis le début de l’année 2014, alors j’étais familier avec l’entourage de l’équipe. La signature du contrat n’a fait que confirmer que j’avais maintenant le droit de jouer des matches», a ajouté le jeune athlète, avec son calme habituel.

«J’ai toujours travaillé et joué pour en arriver là aujourd’hui. Lorsque j’étais jeune, on me demandait souvent si j’avais un plan B, au cas où ça ne fonctionnerait pas au soccer. Dans ma tête, il n’y avait pas de deuxième choix possible», a-t-il lancé en riant.

DiVaio, un exemple à suivre

Bien qu’il ait été appelé à remplacer symboliquement Marco DiVaio pour sa dernière présence officielle, Jérémy Gagnon-Laparé ne se voit pas nécessairement comme le successeur de l’ex-vedette de l’Impact. «C’est le fruit du hasard si j’ai été appelé à le remplacer. Mais, c’était tout de même un moment dont je vais me rappeler. DiVaio est un joueur que j’ai grandement apprécié côtoyer, un professionnel avec une bonne éthique de travail», a-t-il louangé.

Maintenant que la glace est brisée, le Magogois d’origine espère obtenir encore plus de temps de jeu l’an prochain, même s’il ignore encore son rôle exact. «L’Impact m’a utilisé comme milieu de terrain central, et aussi comme défenseur gauche. Personnellement, je suis plus confortable comme milieu de terrain, car c’est la position que j’occupe depuis plusieurs années.Mais je vais bien sûr me plier à la décision des entraîneurs», a-t-il précisé.

Quant à ses incursions avec les différentes équipes nationales, il espère qu’elles seront encore plus nombreuses dans le futur. «Le Canada a le potentiel pour avoir une place en Coupe du monde, et j’aimerais en faire partie. J’ai eu la chance d’être épargné par les blessures au cours de la dernière année, et ça m’a aidé dans ma progression. Je touche du bois pour que ça se poursuive», a-t-il conclu.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires