Grâce à un but tardif de Joaquin Torres, le CF Montréal bat Atlanta United 2-1

Michel Lamarche, La Presse Canadienne
Grâce à un but tardif de Joaquin Torres, le CF Montréal bat Atlanta United 2-1

MONTRÉAL — Avant le début du match samedi après-midi, les joueurs du CF Montréal se sont entraînés avec des chandails sur lesquels étaient inscrits le chiffre «10» et le nom «Lafleur». L’organisation a aussi pensé à rendre hommage à l’ancienne légende du Canadien de Montréal et a fait respecter un moment de silence. Environ deux heures plus tard, le numéro 10 du CF Montréal jouait les héros.

Joaquin Torres a trouvé le fond du filet à la 82e minute de jeu pour mener le CF Montréal vers une difficile victoire de 2-1 contre Atlanta United au stade Saputo.

Dépêché dans la mêlée à l’amorce de la deuxième demie, Torres a inscrit son deuxième but de la saison lorsqu’il a fait dévier de la tête un centre de Kamal Miller derrière le gardien Bobby Shuttleworth.

«Nous avions besoin du profil de Joaquin pour pousser l’adversaire à se défendre un peu plus», a expliqué l’entraîneur-chef Wilfried Nancy lorsque questionné sur sa décision d’envoyer l’Argentin sur le terrain au moment où il l’a fait.

«Avec son profil, je sais que Joaquin est capable de mettre du doute dans l’opposition lorsqu’il joue.»

Miller, absolument étincelant samedi, avait marqué le premier but du CF Montréal à la quatrième minute de jeu.

«Il s’est pris pour un attaquant, donc j’espère qu’il ne va pas croire que c’est Zidane maintenant!», a lancé Nancy, en boutade.

Plus sérieusement, Nancy a qualifié la prestation défensive de Miller de «costaude», sans être parfaite.

«Il sait que je suis exigeant avec lui, mais je suis très content pour lui parce que, avec le staff on parle beaucoup, et il a une grosse marge de progression. S’il arrive à être constant, ça peut être du très haut niveau», a analysé l’entraîneur-chef du CF Montréal.

La riposte des visiteurs est venue de Marcelino Moreno, tôt en deuxième demie contre Sebastian Breza, solide devant son filet.

Grâce à cette sixième sortie consécutive sans défaite, le CF Montréal (4-3-2) a égalé un record d’équipe établi d’abord en 2015, et répété en 2016 et en 2021.

Il y est arrivé, cependant, au fil d’une prestation décousue et même un peu décevante contre un rival qui lui cause continuellement des ennuis même si, comme c’était le cas samedi, ce rival était privé de plusieurs joueurs clés, notamment l’attaquant Josef Martinez et le gardien Brad Guzan.

«Les gars ont trouvé le moyen de gagner ce match-là, comme quoi le football c’est irrationnel à certains moments. Ç’a joué en notre faveur aujourd’hui», a reconnu Nancy.

«J’étais content pour eux, vraiment content. On a joué contre une équipe où il y a de la qualité. Même s’ils ont des absents, ils ont quand même des joueurs qui sont là.»

Le CF Montréal disputera un deuxième match consécutif au stade Saputo samedi prochain, cette fois face à Orlando City SC. Il sera toutefois privé de Victor Wanyama et d’Ismaël Koné, qui seront suspendus en raison d’une accumulation de cartons jaunes.

Un autre but rapide

Le CF Montréal a la mauvaise habitude, depuis le début de la saison, de concéder le premier but à l’adversaire lorsqu’il joue à l’étranger. À son crédit, il ne répète pas cette manie devant ses partisans.

Comme ils l’avaient fait il y a deux semaines face au Whitecaps de Vancouver, les hommes de Wilfried Nancy ont semé la joie parmi leurs partisans quelques instants à peine après le coup d’envoi.

À la suite d’un coup franc de Djordje Mihailovic, Miller a sauté haut dans les airs et a fait dévier le ballon derrière Shuttleworth pour son premier but depuis le 3 novembre 2021.

Ce fut cependant le seul bon coup du CF Montréal, sur le plan de l’attaque, pendant les 45 premières minutes de jeu.

Le CF Montréal a été si inefficace en première demie qu’il n’a eu le ballon que pendant 27,3 pour cent du temps. Et lorsqu’il l’avait, il a eu de la difficulté à montrer de la cohésion comme le démontrait son pourcentage de réussite de ses passes, inférieur à 70 pour cent.

«On n’a pas eu le ballon, donc les joueurs ont travaillé sur autre chose, sur l’aspect défensif, défendre un peu plus longtemps, défendre sans le ballon plus longtemps. Ils ont été forts, ils ont été très forts mentalement. Ils ont aussi été très forts dans le fait de n’avoir concédé qu’un seul but», a loué Nancy.

En fait, le joueur clé de cette première demie pour la formation montréalaise a été Breza, qui a dû effectuer deux arrêts de qualité, d’abord contre Thiago Almada, à la 11e minute, puis contre Moreno, à la 32e.

Ce dernier s’est repris en inscrivant le filet égalisateur à la 51e minute grâce à un tir bas qui a d’abord donné contre la tige verticale à la droite de Breza avant de rouler dans le filet.

Ce but a semblé réveiller les joueurs montréalais, qui se sont montrés beaucoup plus dynamiques et menaçants par la suite.

Leurs efforts ont porté fruit quand Torres a fait vibrer les cordages à la suite d’une superbe pièce de jeu de Miller.

Breza a ensuite réalisé un arrêt clé à la 90e minute pour protéger la victoire.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires